LA BALTASARA OVVERO LA COMICA DEL CIELO

COMPOSITEUR

Antonio Maria ABBATINI
LIBRETTISTE

Giulio Rospigliosi
      

La Baltasara (ou La Baldassara), opera scenica sacra, sur un livret de Giulio Rospigliosi, représenté au Palazzo Rospigliosi de Rome, durant le Carnaval 1668, dans une scénographie du Bernin. L'orchestre était dirigé par Mgr Lodovico Lenzi.

Giulio Rospiglisosi composa le livret pendant sa nonciature en Espagne. Il accéda au pontificat sous le nom de Clément IX en 1667 et assista incognito à une représentation. Il y eut sept représentations sous son pontificat, en 1668.

Tous les rôles féminins étaient tenus par des castrats (Baltasara : Giuseppe Fedi ; Talia : Francesco Fede ; Urana : Damaso del Pane ; Beatrice : Domenico del Pane).

 

Personnages : Baltasara, une actrice ; Beatrice, une actrice ; Rodrico, chevalier et amant de Beatrice ; Alvero, chevalier, amant de Baltasara ; Biscotto, un acteur ; Lisa, une actrice ; le Diable sous divers déguisements ; spectateurs, membres de la troupe, diables, anges

 

Synopsis

Acte I

Le théâtre

Seule dans sa loge, l'actrice Baltasara est tourmentée par des inquiétudes. Elle tente de les chasser - Ne suis-je pas Baltasara ? - mais n'y parvient pas. Sa collègue Beatrice arrive, habillée pour paraître en scène : Pas prête encore, Baltasara ?. Rodrico et Alvero, deux chevaliers qui sont venus pour voir la pièce, comparent l'objet de leur amour, Beatrice et Baltasara.

La pièce commence. C'est l'histoire de la SarrasineClorinda et la croisade mené par Godefroy de Bouillon pour libérer Jérusalem des Infidèles. Beatrice chante la victoire dans le prologue, après quoi entre dans Aladino, roi sarrasin de Jérusalem, avec Ismeno son conseiller et magicien. Ismeno promet des enchantements pour se défendre contre des croisés, Aladino promet simplement un bon combat.

A la scène suivante, Biscotto joue un soldat chrétien pas trop-compétent accompagné de son subalterne truculent : Jérusalem peut dormir tranquille avec vous pour l'attaquer.

Baltasara se lance prématurément dans sa grande scène, à la consternation de la troupe. Un acteur la tire en arrière, elle fait des excuses, et le jeu continue avec Hircano, un capitaine sarrasin, qui exhorte ses soldats au combat.

Baltasara en Clorinda fait son entrée cette fois correctement : elle défie Godefroy et ses champions. Elle entend une sentinelle chanter sur les murs de la ville : La vie est courte, emploie la bien, et se met à penser : C'est Dieu qui me parle, Baltasara. Il chante encore, elle le prend comme appel à se repentir, et quitte brusquement la scène.

Alvero et Rodrico interrogent la troupe. Les acteurs ont chacun leur idée : Biscotto pense qu'elle est butée, Beatrice a toujours pensé qu'elle était ?. Lisa et d'autres membres du troupe expliquent ce qui est arrivé aux assistances en chantant un madrigal de cinq parties que les spectateurs commentent. Aladino, sans masque, a le dernier mot.

Acte II

Le Désert

Baltasara a trouvé le repos dans le désert près de la mer. Lisa et Biscotto arrivent à sa recherche. Lisa : C'est un paysage pour le repentance - je suis affamée ! Biscotto : Mais vous avez toujours votre biscuit.... Il voit une écriture sur un arbre, qui dit que Baltasara est mort. Lisa le lit correctement: Non, seulement mort pour le monde. 

Baltasara apparaît, et Lisa et Biscotto la prient de revenir pour l'amour de son public. En même temps qu'elle, ils ont perdu également perdu Beatrice qui est partie en mer avec un infidèle, poursuivi par Rodrico. Ne parvenant pas à la persuader, Lisa et Biscotto partent d'un air fatigué pour regagner leurs logements. 

Le Diable apparaît, rôdant. Il repère Alvero recherchant son amoureux et voit sa chance : Que me donneras-tu si je te montre Baltasara ?, Tout que je possède! Le Diable est satisfait et le mène à Baltasara. 

Alvero proclame son amour pour Baltasara. Elle lui résiste, puis commence à suivre. Une vision de la croix l'arrête miraculeuxment. Elle remercie Dieu. Alvero, amer, ignore le Diable et décide d'aller en mer avec Rodrico. 

Biscotto revient, habillé en ermite. Lisa arrive, réclamant des chevaux pour la ramener à la civilisation. Elle demande à l'ermite s'il a vu Biscotto et il se révèle. Mais il est décidé à rester, au cas où Baltsara aurait besoin de lui, aussi Lisa décide de rester aussi. 

Baltasara, jeûnant, tombe endormi épuisé. Le Diable et ses cohortes préparent des tentations à son endroit - des visions de la renommée, célébrité, adulation : elle se réveille, les voit, résiste à l'attrait du Diable, puis hésite et accepte une boisson rafraîchissante. Elle la bénit d'abord, cependant la tasse tombe et les enchantements disparaissent. 

Le Diable en est réduit à offrir des bonbons à Lisa, qui les refuse, et à Biscotto qui les prend et puis regrette tellement ils sont amers. Lisa chante que tout ce qui brille n'est pas d'or, etl'acte se termine avec les figures menaçantes dansant sur les vagues alors que des corsaires débarquent. 

Acte III

La Côte 

Biscotto et Lisa pêchent. Ils observent un bateau infidèle poursuivi et coulé par un bateau chrétien. Un survivant turc vient à terre. Elle s'avère être Beatrice, éperdue à la perte de son amoureux de corsaire. Biscotto et Lisa la suivent. Rodrico, ayant expédié son prétendant rival sur son bateau, est également après Beatrice. Il est fâché, bien qu'il ne puisse pas débarrasser son coeur des restes de l'amour. 

Baltasara et Beatrice s'entretiennent alors que tombe l'obscurité. Baltasara perçoit la nuit comme pleine de l'harmonie éternelle, Beatrice comme repoussante. Baltasara entend l'autre voix, mais trop faible pour se déplacer à cause d'un jeûne persistant, appelle Biscotto à l'aide. Ils découvrent Beatrice dont le désespoir profond se tourne en tranquilité pendant qu'elle écoute Baltasara et se joint à elle dans un chant de prière. 

Rodrico rencontre Beatrice et essaye de l'assassiner. Baltasara intervient et envoie Beatrice avec Biscotto pour trouver un prêtre pour témoigner des prochains événements, pendant que Rodrico part rechercher Alvero. 

Restée seule, Baltasara pleure pour aller au ciel, et reçoit un écho. Les échos s'avèrent être Beatrice transformé en Penitenza qui couronne Baltasara avec des roses. Ensemble elles chantent : La mort sur terre n'est pas du tout une mort, mais ouvre les portes du ciel

Penitenza ordonne triomphalement au Diable inconsolable de rentrer en enfer - enfin Beatrice peut jouer le rôle du guerrier qu'elle a toujours convoité. 

Lisa arrive avec Alvero et Rodrico. Ils trouvent Baltasara mort. Lisa et Alvero sont inconsolables, alors que Rodrico, toujours pratique, propose de construire un tombeau. Les témoins arrivent et les anges chantent : Bienvenue aux théâtres du paradis.

(d'après le site Helicon in Cocaigne)

  

 

Représentations

 

 

 

  Retour à la page d'accueil