ALMIRA

Almira

COMPOSITEUR

Georg Friedrich HAENDEL
LIBRETTISTE

Friedrich Christian Feustking, d'après Giulio Pancieri
 
ORCHESTRE
Fiori Musicali
CHOEUR

DIRECTION
Andrew Lawrence-King

Almira
Ann Monoyios
soprano
Adilia
Patricia Rozario
soprano
Bellante
Linda Gerard
soprano
Consalvo
David Thomas
basse
Osman
Douglas Nasrawi
ténor
Fernando
Jamie McDougall
ténor
Raimondo
Olaf Haye
basse
Tabarco
Christian Elsner
ténor

DATE D'ENREGISTREMENT
2 août 1994
LIEU D'ENREGISTREMENT
Grand auditorium de la radio de Brême
ENREGISTREMENT EN CONCERT

EDITEUR
CPO
DISTRIBUTION
Codaex
DATE DE PRODUCTION
septembre 1996
NOMBRE DE DISQUES
3
CATEGORIE
DDD

Enregistrement faisant suite aux représentations aux festivals de Halle et de Brême en 1994

Critique de cet enregistrement dans : 

"Quelle invention déjà !..Bien que la basse continue dicte encore sa loi, l'influence de Reinhard Keiser souffle à l'orchestre de savoureux coloris. Haendel assouplit les formes rigides, s'abreuve de récitatif accompagné...Pour la troupe, se distinguent le métier de David Thomas et la fraîcheur d'Ann Monoyios...L'indifférence d'Andrew Lawrence-King au théâtre et sa répugnance pour les tempos rapides ne plaident pas en sa faveur ; mais il connaît l'art du récitatif et sa lecture reste vivante, variée dans la couleur sinon dans l'expression. Piètres violons mais savoureux continuo."

"Les interprètes sont, pour la plupart, tout à fait à même de défendre correctement leurs parties. Une petite réserve, toutefois, pour la Bellante de Linda Gerrard, trop légère pour le rôle. Par contre, la voix un peu vieillie de Patricia Rozario apporte une grande autorité aux airs impressionnants d'Edilia. Les deux amoureux sont fort agréablement chantés par Ann Monoyios et Jamie MacDougall : ce sont à eux que sont réservés les quelques intenses récitatifs accompagnés de la partition. La direction de l'ensemble Fiori musicali est confiée au harpiste Andrew Lawrence-King, qui dirige tout ce petit monde un peu trop sagement. Mais il génère un si beau continuo, qu'on lui pardonne de laisser parfois les violons divaguer, ici et là."

 

retour page d'accueil