IL TRIONFO DI CAMILLA, REGINA DE VOLSCI ou CAMILLA

Le Triomphe de Camille, reine des Volsques

COMPOSITEUR

Giovanni BONONCINI
LIBRETTISTE

Silvio Stampiglia
     

Opéra sur un livret de Silvio Stampiglia, d'après Virgile, représenté au Teatro San Bartolomeo de Naples, le 27 décembre 1696. La distribution réunissait : Vittoria Tarquini dite la Bombace, soprano (Camilla), Maddalena Musi dite la Mignatti, soprano (Prenesto), Francesco Sandri, ténor (Latino), Barbara Riccioni, née à Bologne mais dite la Romanina, soprano (Lavinia), Domenicho Cecchi, dit le Cortona, castrat soprano (Turno), Giuseppe Scaccia, ténor (Mezio), Giovanni Battista Cavana, basse (Linco), Antonio Predieri, ténor (Tullia, rôle bouffe en travesti).

Il fut repris le 18 janvier 1698 à Rome, au teatro Capranica, sous le titre La rinovata Camilla, ainsi qu'à Venise, Mantoue, Florence et Plaisance, la même année, à Turin en 1701, à Udine en 1704 sous le titre La fede in cimento, puis le 26 septembre 1733 à Vienne sous le titre Der Triumph der Camilla.

 

L'opéra fut traduit en anglais par Owen McSwiney et adapté par Nicola Haym, et représenté avec succès à Londres, au théâtre royal de Drury Lane, le 30 mars 1706, avec une distribution où figuraient : Holcomb (Prenesto), Hughs (Turnus), Lewis Ramondon, basse (Metius), Richard Leveridge (*), basse (Linco), Catherine Tofts (Camilla), Mrs Joanna Maria Lindelheim, dite the Baroness, soprano (Lavinia), Mrs Lyndsey (Tullia).

(*) Richard Leveridge (1670 - 1758), chanteur et compositeur, commença sa carrière en 1695 dans les semi-opéras de Henry et Daniel Purcell. Il chanta dans les premiers opéras italiens, puis rejoignit John Rich en 1714 au Lincoln's Inn Fields, puis à Covent Garden. Il est l'auteur de deux recueils de "songs"

Richard Leveridge

L'opéra était accompagné d'un prologue et d'un épilogue écrits par respectivement par Arthur Mainwaring et Estcourt et dits par Mrs Oldfield.

Les représentations se poursuivirent en 1706 : les 6, 11, 22, 23 et 30 avril (sans doute avec Margerita de l'Epine remplaçant Catherine Tofts pour une des deux dernières représentations), 16, 23 mai, 4 juin, 5 juillet, 1er août, puis le 26 novembre (nouvelle saison), les 12, 14, 17, 21, 28 décembre ; puis en 1707 : les 11, 18, 25, 29 janvier, 1er, 6, 8, 12, 15, 27 février, les 8, 13, 29 mars, le 24 avril, 15, 24 mai. Une représentation, le 15 novembre 1707, pour la nouvelle saison, dut être annulée en raison du refus de chanter des principaux chanteurs, notamment Margerita de l'Épine et Catherine Tofts et les chanteurs étrangers.

Camilla fut présenté en bilingue à partir du 6 décembre 1707, avec des chanteurs chantant en italien : Valentini (Turnus), Joanna Maria Lindelheim dite the Baroness (Lavinia), Margerita de l'Épine (Prenesto), et les autres en anglais : Purbeck Turner (Latinus), Littleton Ramondon (Metius), Richard Leveridge (Linco), Catherine Tofts (Camilla), Mary Lindsey (Tullia). On vit ainsi Catherine Tofts, dans le rôle de Camilla, courtisée en italien par le castrat Nicolini. Les représentations se poursuivirent les 9, 13 décembre 1707.

A partir de 1708, les représentations eurent lieu au Queen's Theatre, une répartition ayant été décidée entre le Queen's Theatre (opéra) et le Drury Lane (theâtre). Elles commencèrent le 27 janvier 1708, et se poursuivirent les 31 janvier, 3 février.

Le 7 février, un nouveau castrat alto fit son apparition, Giuseppe Cassani, fraîchement arrivé d'Italie. Nicola Haym avait transposé en italien à son intention le rôle de Metius. Ce fut un fiasco, et Cassani ne reparut pas après la représentation du 10 février. Ramondon le remplaça, sans doute en anglais, à partir du 21 février. Les représentations se poursuivirent les 27 mars, 6, 24 avril 1708.

Elles reprirent, avec le castrat Nicolini Grimaldi, dit Nicolino, dans le rôle de Prenesto, et Catherine Tofts dans le rôle de Camilla, les 25, 27, 29 janvier, 2, 5 février 1709, puis, avec Margerita de l'Épine dans le rôle de Camilla, les 12, 16, 19 février, 5, 27 avril, 7, 21 mai 1709.

Catherine Tofts rencontrait en effet des problèmes de voix et dut se retirer « at a Time when her Beauty was in the Heighth of its Bloom ».

Il y eut encore des représentations durant la saison 1709/1710 : les 20 octobre, 7, 14 novembre, 2, 13 décembre 1709

Une première édition d'airs apparut dès le 2 avril 1706, puis une seconde le 17 avril, puis une troisième le 30 avril.

L'opéra fut longtemps attribué à Antonio Maria (dit aussi Marc Antonio) Bononcini, frère de Giovanni.

 

Personnages : Camilla, héritière du trône des Volsques, sous les habits de Dorinda, une bergère (soprano) ; Prenesto, prince du Latium, épris de Dorinda (soprano) ; Latino, roi du Latium (ténor) ; Lavinia, sa fille, éprise de Turno (soprano) ; Turno, roi des Rutules, sous les habits d'Armidoro, un esclave maure (soprano) ; Mezio, confident de Camilla (ténor) ; Linco, serviteur de Camilla (basse) ; Tullia, femme de chambre de Lavinia (ténor) ; un Chasseur (ténor)

 

Synopsis

Acte I

Déguisée en bergère Dorinda, en compagnie du berger Linco, la princesse Camilla pénètre sur le territoire des Volsques, royaume arraché à son père, le roi Metabo, par les Latins, dont le souverain est le roi Latino. Voyant passer une partie de chasse, elle sauve d'un sanglier le prince Prenesto, fils de Latino qui en tombe amoureux, aussitôt suivi en cela par le noble Mezio. Camilla a remporté un premier triomphe (Mi lusingo).

Lavinia, soeur de Prenesto, abrite dans ses appartements son amant Turno, jeune roi des Rutules, déguisé en esclave maure du nom d'Armidoro. Or, non seulement Latino projette d'exterminer les Rutules, mais encore ordonne-t-il à sa fille de se trouver un époux qui l'aidera dans cette entreprise. Grâce à Prenesto, Camilla parvient à s'introduire dans l'entourage de Latino et à gagner sa confiance. Alliés à Mezio, Camilla et Linco ourdissent un complot en vue de renverser Latino, en retournant contre lui ses propres armées, que le roi vient de confier à Mezio, ainsi que le peuple furieux.

Tullia, vieille nourrice de Lavinia, fait la cour à Linco, alors que Lavinia avoue à son père son amour pour Turno, provoquant sa fureur. Il la met sous clé, confiant sa garde à "Armidoro", ravi de l'aubaine (Mai non si vide ancor ).

Acte II

Devant les statues de ses ancêtres qui ornent le palais, Camilla jure de se venger de l'occupant latin. Guidés par l'amour, Prenesto et Mezio vont l'aider. Pendant que Linco et Tullia poursuivent leurs jeux amoureux, Turno, surveillé par Latino, apporte à Lavinia un poison et un poignard, en lui laissant le choix de la mort. Incapable d'accomplir le meurtre (Consiglio ed aita), il avoue à Latino sa véritable identité, lui proposant sa propre vie en échange de celle de Lavinia. Emu par tant de valeur, Latino l'accepte comme gendre. Camillo et Mezia ont gagné le soutien du peuple dans leur lutte contre Latino. Surprenant une conversation accidentelle entre Camilla et Turno, Lavinia est prise de jalousie (Vanne a seguire), au désespoir du jeune homme (Tiranna gelosia).

Acte III

Latino et Turno scellent une alliance contre les Volsques, en la personne de Camilla. Tullia finit par s'entendre avec Linco qui n'hésite pas à prendre une épouse certes défraîchie mais riche. Surprenant Camilla déchirée entre l'amour de Prenesto et le devoir patriotique, Turno essaie de la consoler. La jeune fille, dont il ignore l'identité, profite de l'occasion pour lui faire changer d'alliance, en lui promettant la main... de la reine des Volsques, autrement dit - Camilla elle-même. Tullia, qui surveille Turno sur l'ordre de la jalouse Lavinia, rapporte aussitôt cet échange à Lavinia et Latino, sans savoir que Turno a repoussé l'avantageuse proposition. Le roi ordonne l'arrestation de la traîtresse (Non vanti amor). Libérée par Prenesto, Camilla l'enchaîne aussitôt à l'aide de Mezio, avant de lui révéler ses origines. Prenesto est furieux (Tutte armate di fia gelli), mais son amour se révèle plus fort. Pendant les fiançailles solennelles de Lavinia avec Turno, Tullia apporte la nouvelle d'un soulèvement populaire contre les Latins. Camilla et Mezio triomphent des occupants, mais l'union entre la nouvelle reine des Volsques et l'héritier des Latins scellera la paix entre les deux peuples (Amore ha vinto)

(Mille et un opéras - Fayard)

 

Représentations

 

 

 

 

  Retour à la page d'accueil