CÉPHALE ET PROCRIS

 

COMPOSITEUR

Elisabeth-Claude Jacquet de LA GUERRE
LIBRETTISTE

Duché de Vancy, d'après Les Métamorphoses d'Ovide
 
ORCHESTRE

Musica Fiorita
CHOEUR

DIRECTION

Daniela Dolci (clavecin et direction)

Procris

Raphaële Kennedy

Céphale

Achim Schulz

Dorine

Camilla de Falleiro

Arcas

Lisandro Abadie

Borée, le Désespoir

Emil Rovner

La Prêtresse de Minerve

Anna Jesus Sanchez

DATE D'ENREGISTREMENT
avril 2005
LIEU D'ENREGISTREMENT

Bâle

ENREGISTREMENT EN CONCERT
oui

EDITEUR

ORF - Edition Alte Musik

DISTRIBUTION

Intégral Distribution

DATE DE PRODUCTION

24 avril 2008

NOMBRE DE DISQUES

2

CATEGORIE

DDD

Critique de cet enregistrement dans :

"Depuis l’excellente biographie d’Elisabeth Jacquet de La Guerre par Catherine Cessac (Actes Sud, 1995), il ne manque plus que... d’écouter musique de cette élève de d’Anglebert, Delalande et Desmarest. .Créé en 1694 à l’Académie royale de musique, Céphale et Procris, qui trouve ici son premier enregistrement, subit un tel échec que la compositrice n’entreprit jamais d'écrire une autre tragédie lyrique. Il y a plusieurs explications à cet échec : post-mortem, Lully demeurait un écrasant modèle. D’un autre côté, marié morganatiquement avec la Maintenon, que la princesse Palatine appelait « Votre Solidité », Louis XIV se détournait des arts profanes, quoiqu’il eût jusque-là couvé le parcours d’Élisabeth Jacquet de La Guerre. Enfin le librettiste, un poète dénommé Français Duché de Vancy, s’est perdu dans les détails et abîmé en écarts bouffes. Il n’en reste pas moins que la partition est intéressante. A l’égard du modèle lulliste, Elisabeth Jacquet de La Guerre opère un malin décalage en faveur d’une plus grande expression.

Cet enregistrement résulte d’une production scénique. Peut-être la mise en scène était-elle brillante, mais le résultat sonore attriste. L’orchestre répond au standard des années 1970 et n’a aucune cohésion, la direction musicale est erratique. Enfin la distribution, dont le meilleur élément est Raphaële Kennedy, émouvante Procris, est désunie et peu concernée."

"Après tant de tragédies lyriques redonnées et récemment enregistrées, on peut se poser la question de savoir laquelle commença la première à bousculer le modèle lullyste. L’Alcide de Marais, la Médée de Charpentier, l’Ulysse de Rebel ? À quel moment passe-t-on des finals dansants et glorieux aux formes resserrées qui rendent si dramatiques les ultimes scènes du Tancrède de Campra, de la Callirhoé de Destouches, du Pirame de Francoeur et Rebel ? Ce Céphale et Procris d’Elisabeth Jacquet de la Guerre donne la réponse, tant ses dernières minutes qui laissent l'héroïne désespérée mourir presque a cappella ont dû, et continuent de paraître, inouïes dans la production du temps. Ce « Non vivez», avec son arioso faiblissant est l’une des belles surprises d’un enregistrement venant combler une importante lacune patrimoniale. On n’avait guère entendu cette oeuvre subtile depuis son exhumation par Jean-Claude Malgoire en 1989. Sa présence au disque est un événement important. Malgré une intrigue confuse, dont l’écoute se soucie à vrai dire fort peu, la musique de « la petite Jacquet », comme disait Louis XIV, surprend. Épurée, élégante, sa délicatesse relève plus du monde de la cantate que de l’opéra. L’expression des sentiments est de haute tenue. Que ce soit l’accompagnement au violon de l’air de Céphale, « Amour que sous tes lois », le classique, mais si tendre, « Lieux écartés » de Procris, ou telle symphonie pour les flûtes ou les percutantes danses du prologue, la seule femme compositrice de l’Académie royale ne s’en est jamais tenue au moule. On sent la furie mélodique jaillir à chaque instant. Ainsi, du langoureux acte III mené par la Volupté ou de la scène de Jalousie de l’acte IV...

Hélas l’interprétation approximative de Musica Fiorita donne une piètre idée de ces ambiances raffinées, desservies par une distribution qui pèche par sa prononciation (Borée), sa justesse (L’Aurore), ses intonations (le choeur...). Seuls les rôles-titres ont assez de tempérament pour ne point trop gâcher cette ravissante rareté, musicologiquement indispensable."

 

 

 

retour page d'accueil