EL ROBO DE PROSERPINA Y LA SENTENCIA DE JUPITER

Le rapt de Proserpine et la sentence de Jupiter

COMPOSITEUR

Filippo COPPOLA
LIBRETTISTE

Manuel García Bustamante
     

 

Opéra sur un livret en espagnol, créé au Palazzo Reale de Naples en 1678.

 Palazzo Reale en 1747

 

On remarque l’abondance d’airs narratifs basés sur la répétition d’un même schéma musical sur lequel les textes changent comme dans un récit. Dans le "Robo de Proserpina", en fait, quelques uns de ces airs possèdent jusqu’à neuf couplets. L’effet hypnotique que produit la répétition constante du schéma musical permet à l’auditeur de se concentrer sur la signification du texte.

 

 

 

  Retour à la page d'accueil