LES FÊTES D'EUTERPE

COMPOSITEUR

Antoine DAUVERGNE
LIBRETTISTE

Moncrif, Danchet, Favart, Brunet-Debaines
      

Opéra-ballet représenté au Palais Royal le 8 août 1758.

Il était composé de : La Sybille, par François-Augustin Paradis de Moncrif ; Alphée et Aréthuse, d'Antoine Danchet ; La Coquette trompée, de Charles-Simon Favart .

Le 14 avril 1760, on substitua à l'une d'elles Le Rival favorable, de Pierre-Nicolas Brunet Debaines.

La distribution réunissait : Mlle Sixce (Zoraïde), Gélin (Zimès), Mlle Dubois (Églé), Mlle Lemière (la Sybille), et, parmi les danseurs, Mlle Puvignée et Vestris, dans l'entrée La Sybille ; Desentis (Neptune), Mlle Dubois (Vénus), Mlle Arnould (Aréthuse), Larrivée (Alphée) dans l'entrée Alphée et Aréthuse ; Mlle Fel (Eurice), Pillot (Damon), Mlle Lemière (Florise) dans l'entrée La Coquette trompée.

L'entrée La Sybille, sur un livret de François-Augustin Paradis de Moncrif (1687 - 1770), avait été représentée au Château de Fontainebleau, le 13 novembre 1753. Elle fut reprise ultérieurement le 1er octobre 1771.

François-Augustin Paradis de Moncrif

L'entrée Alphée et Aréthuse repose sur un livret d'Antoine Danchet, Aréthuse, utilisé par André Campra en 1701. Elle fut reprise le 12 octobre 1762, dans le cadre de Fragments comprenant en outre Hilas et Zélie, Alphée et Aréthuse et l'Acte de Société.

« On a vu reparoître dans Alphée et Aréthuse Mlle Arnoux (sic), éclipsée depuis plusieurs mois, et qui même avoit quitté. Heureusement qu’elle n’a pas tenu longtemps rigueur aux directeurs et au public. Quoiqu’il en soit, elle a joué la scène avec son succès ordinaire, et avec des applaudissements nouveaux. On ne s’attendoit pas à la voir, et la surprise a été très agréable. On a cru pourtant remarquer quelque diminution dans sa voix, mais non dans son jeu... Cet acte est susceptible d'une grande impression, et porte au sentiment. » (Bachaumont - Mémoires secrets pour servir à l'Histoire de la république des lettres en France depuis 1762)

Sophie Arnould par Greuze

Cette même entrée fut également reprise dans le cadre de Fragments, le 18 juin 1771, toujours avec Sophie Arnould dans le rôle d'Aréthuse, qui comprenaient le prologue de Dardanus, de Jean-Philippe Rameau, d'Alphée et Aréthuse et de la Fête de Flore, acte d'opéra, par Razins de Saint-Marc, musique de Trial.

Sophie Arnould reprit ce rôle lors d'une exécution à Fontainebleau, devant le Roi, le 25 octobre 1772.

L'entrée La Coquette trompée, sur un livret de Charles Favart avait, comme La Sybille, été représentée au Château de Fontainebleau, le 13 novembre 1753 (voir La Coquette trompée)

 Les Fêtes d'Euterpe furent exécutées à Lyon en juillet 1759.

 

Synopsis

La Sybille

Un bosquet avec, dans le fond, une campagne et, sur les côtés, un petit temple champêtre

Zimès est épris de Zoraïde, mais sans retour. Zoraïde confie à Églé qu'elle aime encore Zimès, parfait amant qu'elle a pourtant banni. Elle explique qu'au cours d'une fête à laquelle participait la Sybille, elle allait déclarer son amour à Zimès, quand celui-ci a paru troublé par la venue de la nymphe Daphné qui cherchait à lui plaire. On entend une simphonie : une nouvelle fête va commencer, la Sybille s'avance, elle appelle à l'amour. Zoraïde aperçoit Zimès qui interroge la Sybille. Elle l'interroge aussi. Celle-ci préconise que les amants s'expliquent et les réunit. Ballet des Amants conduits par des Amours autour du Chef des Amours placé sur un trône. On chante le bon-vieux-temps, l'âge d'or. Contredanse.

 Alphée et Aréthuse

Le palais de Neptune, sur les bords de la mer, préparé pour la Fêtes de Vénus

Aréthuse a été conduite par Diane chez Neptune pour la soustraire à Alphée, mais ne peut s'empêcher d'aimer ce dernier. Neptune apparaît et l'invite à fêter Vénus, la déesse de l'Amour. Aréthuse s'effraie que l'amour règne aussi chez Neptune. Alphée apparaît à son tour, qui se plaint de son indifférence. Aréthuse le repousse. Alphée croit avoir un rival. Aréthuse finit par céder et avouer son amour. Vénus apparaît avec Neptune dans un char, et les unit. Neptune accueille les deux amants à sa cour. Aréthuse accède à l'immortalité. Divertissement.

 

 

 

 

  Retour à la page d'accueil