LA DESCENTE D'ORPHEE AUX ENFERS

La Descente d'Orphée aux Enfers

COMPOSITEUR

Marc-Antoine CHARPENTIER
LIBRETTISTE

Anonyme
 
ORCHESTRE
Les Arts Florissants
CHOEUR

DIRECTION
William Christie

Orphée
Paul Agnew
ténor
Euridice
Sophie Daneman
soprano
Proserpine
Monique Zanetti
soprano
Daphné, Enone
Patricia Petibon
soprano
Aréthuze
Katalin Karolyi
alto
Apollon, Titye
Jean-François Gardeil
baryton-basse
Ixion
Steve Dugardin
contreténor
Tantale
François Piolino
ténor
Pluton
Fernand Bernadi
baryton-basse

DATE D'ENREGISTREMENT
20 - 23 mai 1995
LIEU D'ENREGISTREMENT
Salle Berthier - Opéra Comique - Paris
ENREGISTREMENT EN CONCERT
non

EDITEUR
WEA
COLLECTION
Erato
DATE DE PRODUCTION
1995
NOMBRE DE DISQUES
1
CATEGORIE
DDD

 Critique de cet enregistrement dans :

"Les réceptions données par Mademoiselle de Guise sont régulièrement ornées par des opéras de poche", chantant la nativité, l'allégorie des arts, la mythologie... Depuis Les Arts florissants et Actéon, William Christie a fait sien leur théâtre intime, et La Descente d'Orphée aux Enfers (1687) est sans doute, avec les quatre pastorales de Noël réunies dans le coffret HM, sa plus belle réussite dans le genre. Paul Agnew est prodigieux : la tendresse et la révolte d'Orphée, son abattement et sa mélancolie contrastent à chaque mot, sans jamais trahir l'artifice."

"Fort attentif à ce fragile objet musical, William Christie met en oeuvre de magnifiques couleurs instrumentales (une mention spéciale aux trois gambistes) et une immense souplesse déclamatoire et agogique. Constituée de très talentueux chambristes, aptes à chanter aussi bien en soliste qu'en ensemble, la distribution vocale mérite tous les éloges. Juste un léger bémol : Paul Agnew (Orphée) est un peu trop frêle et use d'un style un peu trop apprêté et undormément dolent."

"Avec William Christie, tout est gracieux, joli, mignard, maniéré...Et pourtant il dispose de chanteurs de très grande qualité, parmi lesquels Paul Agnew, Sophie Daneman, touchante et fragile Eurydice, Monique Zanetti, Proserpine plus colorée, François Bernardi, Pluton d'une belle noirceur vocale."

"William Christie sait animer d'une verbe légère et stimulante danses et choeurs, tout en laissant à ses chanteurs des plages de lyrisme frémissant pour s'exprimer. La qualité instrumentale et vocale de l'ensemble est quasi parfaite, à une ou deux interventions près...Les femmes sont radieuses mais doivent laisser la vedette à un magnifique Paul Agnew étourdissant de virtuosité et d'engagement dramatique. Le ténor écossais phrase, module et énonce son rôle dans un français impeccable et avec un science confondante de la prosodie du Grand siècle."

 

retour page d'accueil