THÉAGÈNE ET CHARICLÉE

COMPOSITEUR

Henry DESMAREST
LIBRETTISTE

Joseph-François Duché de Vancy
     

Tragédie lyrique en un prologue et cinq actes, dédiée au Roi, sur un livret de Joseph-François Duché de Vancy (1668 - 1704), d'après Les Ethiopiques (*), roman d'Héliodore d'Emèse (vers 390 ap. J.-C.), représentée, sans succès, à l'Académie royale de musique, le 12 avril 1695.

(*) Alexandre Hardy avait, en 1601, réduit l'histoire d'Héliodore en huit poèmes dramatiques, sous le titre Théaagène et Chariclée, le tout comportant plus de douze mille vers.

La partition fut éditée par Ballard en version réduite.

Les représentations s'arrêtèrent le 7 juin, de nombreuses scènes de magie étant très critiquées. Berain, qui avait succédé à Vigarani en 1680 comme décorateur de l'Opéra, signa là une de ses réalisations les plus contestées.

Il n'y eut pas de reprise.

 

Des nombreux personnages qui figurent dans la pièce de Hardy et dans le roman d'Héliodore, l'auteur n'a conservé qu'Hydaspe, roi d'Éthiopie, Arsace, Thisbé, Théagène et Chariclée, encore a-t -il changé les rôles d'Ar-sace et de Thisbé ; car cette dernière, morte dès le milieu de la tragédie, ressuscite ici pour devenir l'amie de Chariclée, et la suivante d'Arsace, qui, de son côté, d'épouse d'Orondate, devient la sur du roi de Perse, la maîtresse d'Hydaspe, et de plus une célèbre magicienne. Cet auteur, pour échauffer un peu son sujet, y a introduit un prince éthiopien nommé Méroèbe, rival de Théagène, et magicien fameux. Enfin, s'il faut juger d'un opéra par le spectacle , il en est peu qu'on puisse comparer à celui-ci ; car il y fait figurer les divinités du ciel et de l'enfer, de la Grèce et de l'Egypte, la statue d'Osiris et même le Styx, le Cocyte et le Phlégéthon , des churs de magiciens et de magiciennes, les ombres des anciens mages, des démons volants, chantants, dansants , etc. (Annales dramatiques - 1812)

 

Argument

Théagène, fait prisonnier par Méroèbe, est amené au palais d'Arsace, où il retrouve Chariclée. Les deux amans s'exprimaient leur joie de se revoir, quand survient Arsace, déjà éprise de Théagène, qu'elle veut sauver de la mort à laquelle il est condamné ; mais cet amant fidèle rejette toutes ses offres ; de son côté , Chariclée refuse sa main à Méroèbe. Alors les deux magiciens réunissent contre les amans le pouvoir de leur art ; rien ne peut ébranler leur constance. Enfin Arsace veut empoisonner Chariclée, et Méroèbe veut combattre Théagène ; mais Arsace empoisonne Thisbé, au lieu de sa rivale, et se tue de désespoir. Méroèbe est tué par Théagène; et le roi, instruit par Osiris que Chariclée est sa fille , lui donne Théagène pour époux.

 

  "Théagène et Chariclée, 34me Opéra. C'est une Trag. en 5 Ac. de Duché, mise en musique par Desmarest, représentée pour la premiere fois le 3 Février 1695, & qui est imprimée sans symphonies, partition in-4°. Jupiter, Apollon, Pan & l'Amour forment le Prologue. On n'a jamais repris cet Opéra." (de Léris)

 

"Chariclée est la fille d'un roi d'Éthiopie, éloignée par sa mère parce qu'elle est née blanche, et emmenée en Égypte, d'où un prêtre d'Apollon la conduit à Delphes. Devenue prêtresse d'Artémis, elle inspire, dans une cérémonie des jeux Pythiques, une vive passion au jeune Thessalien Théagène, et consent à le suivre sur un vaisseau phénicien qui part pour l'Égypte. Les deux amants sont pris par des pirates, et séparés l'un de l'autre ; après avoir été au pouvoir de plusieurs maîtres, et exposés dans leur vertu, dans leur vie même, à une foule de dangers en Égypte, ils se retrouvent miraculeusement : une guerre les fait tomber entre les mains du roi d'Éthiopie; c'est alors seulement que s'expliquent les mystères de la destinée de Chariclée, et qu'elle est solennellement unie à Théagène."

 

  Retour à la page d'accueil