ACIS AND GALATEA

COMPOSITEUR

Georg Friedrich HAENDEL
LIBRETTISTE

John Gay
 
ORCHESTRE

FestspielOrchester Göttingen
CHOEUR

NDR Chor
DIRECTION
Nicholas McGegan

Galatea

Julia Kleiter

soprano

Acis

Christoph Prégardien

ténor

Damon

Michael Slattery

ténor

Polyphemus

Wolf Matthias Friedrich

baryton

DATE D'ENREGISTREMENT

13 mai 2008

LIEU D'ENREGISTREMENT

Göttingen - Stadthalle - Festival Haendel

ENREGISTREMENT EN CONCERT

oui

EDITEUR

Carus

DISTRIBUTION
Distrart
DATE DE PRODUCTION

octobre 2008

NOMBRE DE DISQUES

2 - disponible en 1 SACD

CATEGORIE

DDD

Version réorchestrée par Felix Mendelssohn

Critique de cet enregistrement dans :

« Ton projet de restaurer Haendel dans son état primitif m’a inspiré quelques pensées sur l’instrumentation de ses oeuvres. » On peut sourire en comparant ces mots d’Abraham Mendelssohn à son fils et ce que le fils si prévenant tire de notre ouverture : une symphonie pimpante avec tambours et trompettes — qui reviendront avec Acis,” Lieb in den Blicken wohnet” (“ Love sounds th’alarm “). Il n’empêche que Felix, dans cette pastorale comme dans la Passion de Bach arrangée à la même époque (1828-1829), ne se montre pas seulement fidèle à l’esprit. Il oeuvre en amoureux. Peu de pages échappent au prodige de la vérité reconnue : tout a changé depuis 1718, et tout revient, le charme, le sens, le mouvement, jusqu’au style vocal et au de capo, lubies d’un autre âge en 1828. L’oeuvre est là, n’y manque que “As when the dove“ de Galatea. Même la traduction de la grande soeur Fanny se signale par son intelligence et sa pureté. En fait, seules les trompettes de la consolation finale tombent à plat. Tout le reste, la clarinette évidente de ”Sieh, törichter Schäfer” (“Consider, fond Shepherd”), la voix du violoncelle se joignant à celle du hautbois dans la plainte de Galatée, les triolets aériens, les saillies, les contre-chants, tout émerveille.

Voilà comment Nicholas McGegan fait d’une pierre deux coups. Haendel (mort en 1759) habillé par Mendelssohn (né en 1809) deux anniversaires, une oeuvre, totalement inédite qui plus est. Bon, l’orchestre de son festival ne brille ni par sa souplesse ni par la richesse de ses cordes. Malgré les doux accents de Julia Kleiter et la bonne santé d’un Wolf Matthias Friedrich plus oiseleur que cyclope, quatre solistes fragiles avancent avec précaution, comme du bout des lèvres. Mais on ne voit pas le temps passer. L’Arcadie haendélienne revue par l’arcadien Mendelssohn trouve en McGegan un champion à son habitude insouciant et léger. On s’étonne, on s’attendrit, on s’amuse. Et on ne risque pas le doublon, pas même avec la version de Mozart (1788, enregistrée par Spering et Hogwood), tout à fait différente."

"... en première mondiale, un bel enregistrement d'Acis und Galatea, arrangement réalisé par le compositeur hambourgeois du « masque » de Haendel. Timbales, bois et cuivres renforcent l'orchestre, l'allemand remplaçant l'anglais original. Dans la distribution, signalons la présence de Julia Kleiter et Christoph Prégardien."

 

 

retour page d'accueil