L'AMANTE DI TUTTE

COMPOSITEUR

Baldassare GALUPPI
LIBRETTISTE

Antonio Galuppi
 

DATE
DIRECTION
EDITEUR
NOMBRE
LANGUE
FICHE DETAILLEE
2003
Marco Fracassi
Bongiovanni
1
italien

 Opéra en trois actes, sur un livret d'Ageo Liteo, pseudonyme d'Antonio Galuppi, fils du compositeur. Première représentation à Venise, au Teatro Giustinian di San Moisè, le 17 novembre 1760.

Publié à Urbino en 1761, par la Stamperia camerale.

L'Amante di tutte eut grand succès, surtout en Italie, et fut joué sous d'autres titres comme La moglie bizzarra, Il vecchio geloso, Il matrimonio in villa.

On relève des reprises : à Barcelone, en 1762 ; à Prague et à Copenhague en 1763 ; à Leipzig en 1769 dans une version en allemand ; à Dresde en 1766 et 1775 ; à Cadix et à Vienne en 1767 ; à Rosstock en 1768 ; à Stralsund en 1769 ; à Mannheim en 1770 ; à Varssonie en 1776 ; à Stockholm en 1781.

 

Synopsis

Le vieux Don Orazio est jaloux de sa femme Lucinda. Il décide de se cacher chez le paysan Mingone, en prétendant être parti pour la ville. Entrent alors en scène le comte Eugenio, grand séducteur, le marquis Canoppio, pauvre mais fier, et Donna Clarice, une précieuse minaudante. Lucinda les a invités à dîner en profitant de l'absence de son mari. Au beau milieu du repas, Don Orazio survient à l'improviste et chasse les invités, qui ne peuvent s'en aller, car leur cocher reste introuvable. Lucinda, furieuse, menace de partir aussi. Pendant ce temps, Eugenio a fort à faire avec les dames de la compagnie, y compris la femme de chambre, qui veulent lui faire dire celle qu'il préfère. Orazio le surprend tour à tour avec sa femme, puis avec Clarice. Il menace de faire un malheur, mais tous implorent sa pitié, et il finit par pardonner. Le paysan Mingone, qui songeait à épouser la servante de Lucinda, Donna, se ravise après avoir assisté à ces mésaventures conjugales. (Dictionnaire chronologique de l'Opéra - Le Livre de Poche)

 

 Représentations

 

 

 

 

 

  Retour à la page d'accueil