L'opéra baroque


Les compositeurs


Theobaldo di GATTI dit Théobalde

1650 (Florence) - août 1727 (Paris)

Apollon et Coronis - tableau de Elsheimer

CORONIS

pastorale héroïque en trois actes et un prologue - livret de Daniel-Paul Chappuzeau de Baugé (? - 1739) - représenté à l'Académie royale de musique le 23 mars 1691 - pas de reprise - argument : "Coronis fut tuée d'une flèche par Apollon, en vengeance de l'infidélité qu'elle lui avait fait faire pour une jeune homme de Thessalie"

SCYLLA

-

  

"Né à Florence en Italie, mort à Paris en 1727 dans un âge très avancé inhumé à Saint Eustache.

La place de Symphoniste pour la Basse de Violon qu’il a occupée pendant cinquante ans dans l’Orchestre de l’Opéra de Paris doit le naturaliser Musicien François, quand même il n’auroit pas obtenu du Roi des Lettres de naturalité. Théobalde fut si charmé de quelques morceaux de Symphonie des premiers Opéra de Lully, qui étoient venus jusqu’à Florence, qu’il voulut absolument en connoitre l’Auteur, et qu’il partit pour Paris, où étant arrivé, il courut chez Lully son compatriote, et lui marqua le sujet de son voyage et l’empressement qu’il avoit de le voir. Lully lui en sçut très bon gré, et le reçut avec beaucoup d’amitié ; il le plaça dans l’Orchestre de l’Opéra, ayant connu sa capacité pour l’exécution de la Musique sur la Basse de Violon.

Outre la manière sçavante dont Théobalde jouoit de la Basse de Violon, il étoit aussi bon Compositeur de Musique ; et comme il avoit continuellement les oreilles remplies des Opéra de Lully et de ceux de quelques autres habiles Musiciens, il se forma un grand goût pour la composition de ces ouvrages, et il en a donné des marques par deux Opéra, qui ont été joués sur notre Théâtre ; le premier, intitulé Coronis, Pastorale en trois Actes, représentée en 1691 ; et le second, qui a pour titre Scylla. Ce dernier Opéra a été représenté à trois reprises différentes ; en 1701 pour la première fois, ensuite en 1720 et en 1732. La Musique en a plû si fort aux personnes du premier goût et les plus en état d’en juger, qu’on a cru pouvoir le mettre en comparaison avec quelques Opéra de Lully, dont il se faisoit honneur d’être disciple.

Théobalde a composé encore un Livre de douze Airs Italiens, dont il y en a deux à deux Voix, dédiés à S.A.S. Madame la Princesse de Conti, première Douairière : il est imprimé in-4° chez Ballard, Paris 1696."

(Évrard Titon du Tillet - 1677 - 1762)

 

 

Retour à la page d'accueil