BALLET DU ROY ou BALLET DE LA DÉLIVRANCE DE RENAUD

NB. cette page a été réalisée avec l'aimable et active participation de David Escarpit 

COMPOSITEUR

Pierre GUÉDRON et autres
LIBRETTISTE

René Bordier, Étienne Durand, Pierre Guédron
     

Ballet dansé par Sa Majesté en la Grand’ Salle du Louvre le dimanche 29e de janvier 1617.

L'argument, choisi par Louis XIII lui-même, est tiré de la Jérusalem Délivrée du Tasse, dont l’action se déroule dans un Moyen Âge mythologique. Le preux chevalier Renaud de Montauban (rôle tenu par le duc de Luynes, favori de Louis XIII) est séduit par les enchantements de la magicienne Armide qui le conduit dans ses jardins enchantés et l’ensorcelle. Ce sont ses compagnons, dont Godefroy de Bouillon (Louis XIII) qui viendront le délivrer et rompre les enchantements d’Armide.

Le vrai sujet est la glorification de la personne royale. Louis XIII avait alors quinze ans et demi, et venait de s'affirmer en chassant sa mère Marie de Médicis, ancienne régente, de la Cour, et faisant assassiner les favoris de celle-ci, Concini et Léonora Galigaï. Le jeune roi timide dansait le premier ballet royal du règne, et affirmait ainsi au monde son autorité.

L'allégorie du sujet était en effet transparente pour les contemporains : Renaud se libère de la tyrannie d’Armide, comme le roi de celle de la reine-mère, Marie de Médicis, et de ses conseillers. Concini, conseiller de la reine, venait d'être assassiné (complot mené par le duc de Luynes pour “délivrer” le roi). La scène finale représente le roi exerçant son pouvoir dans un royaume soumis à sa loi (Godefroy et ses chevaliers).

Le roi avait apporté le plus grand soin à la préparation du ballet, son médecin Héroard notant, le 19 janvier : Il recorde szon ballet deux fois par jour.

La foule était telle, dans la salle du Louvre, que la représen,tation fut retardée, et que le roi lui-même, qui était aller souper chez le duc de Luynes, eut beaucoup de peine à se frayer un passage. La représentation commença à deux heures et demi et se termina à cinq heures.

Les airs sont de Pierre Guédron, surintendant de la musique d'Henri IV et de Louis XIII, un des inventeurs selon Henry Prunières, de la vocalité à la française, pour lors très inspiré par le style vocal italien (parsaggiato), à la mode depuis la visite en 1605 de Giulio Caccini à la cour de France. Les autres pièces sont d'Antoine Boësset (1), son gendre, de Gabriel Bataille (2), et peut-être de Jacques Mauduit (3).

(1) Antoine Boesset

(2) Gabriel Bataille (1574-1630), fut maître de musique de la reine-mère en 1617, puis des deux reines, Marie de Médicis et Anne d'Autriche, vers 1624. Il collabora à la musique vocale de nombreux ballets de cour sous Louis XIII. Compositeur, luthiste et chanteur très inspiré par l'italianisme, il publia avec succès les premiers livres d'Airs de différents autheurs mis en tablature de luth (1608-1615). On connaît de lui une cinquantaine d'airs. Son fils Gabriel, né vers 1615, lui succéda comme maître de musique de la reine et quitta la cour à la mort d'Anne d'Autriche.

(3) Jacques Mauduit (1557 - 1627), compositeur et luthiste. Ami de Ronsard, il fut un des pères du chant mesuré à l'antique à la fin du XVIe siècle, au sein de la seconde académie de Baïf. OUtre des hymnes, motets, fantaisies instrumentales et chansons, il participa aux ballets de cour du règne de Henri IV et Louis XIII.

Jacques Mauduit

Les vers sont des poètes René Bordier (1), Etienne Durand (2), qui signa la dédicace au Roi, et de Guédron lui-même.

(1) René Bordier écrivit le livret de dix-sept ballets entre 1615 et 1635, dont le Ballet de monsieur le Prince (1620, Ballet du roy sur le sujet des Bacchanales (1623), Grand Bal de la douairière de Billebahaut (1626), Le Sérieux et le Grotesque (1627), Le Ballet des triomphes (1635). Il se flattait d'être en charge de la poésie auprès de Sa Majesté. Pourtant, poète méprisé de ses confrères et ignoré du public, il mourut dans la misère après 1648.

(2) Étienne Durand (1585-1618) occupa la charge de contrôleur ordinaire des guerres, et s'adonna très tôt à l'écriture. Ses Méditations, publiées en 1611 forment la majeure partie de son œuvre. Attaché à la maison de Marie de Médicis, il resta fidèle à celle-ci après le meurtre de Concini et fut accusé de comploter contre Luynes, le favori du roi. Il fut condamné pour cela à être roué vif en place de Grève, le 19 juillet 1618.

 Les "machines" furent construites par Francine (*), maître fontainier du roi.

(*) Tomaso Francini (1571 - 1651), naturalisé en 1600 sous le nom de Thomas Francine, était venu de Toscane où il était au service de Ferdinand de Médicis, à la demande d'Henri IV. Il devint d’Intendant Général des Eaux et Fontaines en 1623.

La musique instrumentale comprenait d'une part vingt-huit violes et quatorze luths, pour l'accompagnement des airs et des récits, d'autre part les vingt-quatre violons, pour les danses. Il semble que la disposition orchestrale ait été double, avec deux chœurs avec instruments, disposés de part et d'autre de la scène, l'un conduit par Mauduit, l'autre par Guédron.

La musique vocale regroupait soixante-quatre voix, et chacun avoua que l'Europe n'avait jamais rien ouy de si ravissant. Lors de la dernière entrée qui saluait la délivrance de Renaud, les choeurs et les instruments se réunirent sous la direction de Guédron qui conduisit un ensemble de quatre-vingt-douze voix et de plus de quarante-cinq instruments, estant joincts ensemble, qui faisoit un si doux bruit qu'il ne sembloit point revenir au quart de ce dont il étoit composé.

Enfin, les entrées de ballet sont l'œuvre de Jacques de Belleville, roi des instrumentistes de France (*), peut-être aidé par François Richomme, « roi des violons » de 1614 à 1624.

(*) Jacques de Montmorency de Belleville, instrumentiste, compositeur et maître de danse (vers 1580 - 1640). Il participa à un grand nombre de ballets de cour entre 1615 et 1640.

Le chanteur de haute-contre Marais tenait le rôle d'Armide (il était aussi danseur), et le surintendant de la musique Henri de Bailly (mort en 1637) jouait le rôle du Vieillard.

Le rôle de Renaud était tenu par Charles de Luynes (*), favori de Louis XIII. Le roi paraissait dans son propre rôle, puis dans celui de Godefroy de Bouillon, et enfin dans le costume du Soleil. Belleville et les vingt-quatre violons du Roi montèrent sur scène, puisque le musicien conduit le ballet des monstres (6e entrée).

(*) Charles, marquis d'Albert, duc de Luynes (1578-1621), favori de Louis XIII, duc et pair de France, grand fauconnier de France, maréchal de France.

 

Le Ballet de la Délivrance de Renaud est un des mieux conservés du règne de Louis XIII : grâce à l'édition de Pierre Ballard, intitulée Discours au vray du ballet dansé par le roi le dimanche 29e jour de janvier 1617. Avec les dessins tant des machines et apparences différentes que de tous les habits des masques, on possède le texte des airs à voix seule avec l'accompagnement en tablature de luth et celui des choeurs en parties séparées, la musique instrumentale, reprise par l'atelier Philidor, et les dessins des décors et des costumes.

En 1618, parut le IVe Livre d'airs de Guédron, comprenant onze pièces, dont sept airs de ballet, dont les airs du Ballet de la Délivrance de Renaud.

  

 Synopsis détaillé

(édition Ballard de 1617)

Rien n'estoit encore paru qu'une si grande perspective de palais et paysage recullé, qui cachoit le jardin d'Armide à tous les spectateurs, quand on entendit un grand concert de musique, dont les concertans estoyent cachez, et pouvoyent neanmoins voir toute l'assemblée au travers des fueillages qui les couvroyent.

Ceste musique, composée de soixante et quatre voix, vinct-huict violes et quatorze luths, estoit conduite par ïe sieur Mauduit, et tellement concertée, qu'il sembloit que tout ensemble ne fust qu'une voix, ou plustost que ce fussent ces oiseaux qu'Armide laissoit à l'entour de Renault pour l'entretenir en son absence, ayant pouvoir de contrefaire les voix humaines, et de chanter les plaisirs de l'amour, avec les persuasions contenues en ces vers (faits et mis en musique par le sieur Guedron, intendant de la musique de sa Majesté)

Air : Puisque les ans n’ont qu’un printemps, de Pierre Guédron (vers et musique). Trois parties de voix, une partie pour violes et une pour luth.

Air de Guédron : Puisque les ans n'ont qu'un printemps

Première entrée

Ceste musique cessant au signal que le Roy luy fit donner, se perdit la perspective première qui la cachoit, et parut la montaigue pourtraicte en la premiere planche qui se verra ey après. Renault (représenté par Monsieur de Luynes, premier Gentilhomme de la chambre de sa Majesté, et son Lieutenant general au Gouvernement de Normandie) estoit couché sur l'herbe et sur les fleurs, au dedans d'une grotte enfoncée dans le milieu de ceste montaigne. Au-dessus et à l'entour de ceste grotte estoit Sa Majesté, accompagnée de douze Seigneurs, representant autantde Demons laissez par Armide à la garde de son bien aymé, avec charge de lui faire passer le temps en tous les delices imaginables. A chacun des costez de ceste montaigne estoit une roche se perdant dans les nues, qui sembloient routier au-dessus. Et tout ensemble avec les bocages des costez (ou se cachoit le corps de la musique precedente) occupoit la largeur de la grande salle du Louvre, où fut faitte ceste action.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 1

Pas un ne vit ceste montaigne ornée d'une si bizarre beauté, remplie de personnes si inventivement masquées et vestues, et si claire par les brillans et broderies rejaillissantes contre les flambeaux opposez, qui ne creust estre en quelque agréable songe, ou qui ne prist pour Demons veritables ceux qui les representoyent seulement.

Ce ne fut pas sans choix ny raison que le Roy voulut représenter icy le Demon du feu et se couvrir do comme il est pourtraict en la seconde planche, car entre que sa Majesté voulut faire voir à la Royne sa femme, quelque représentation des feux qu'il sentoit pour elle, i! se vestit encores de la sorte à desseing de tesmoigner sa bonté à ses sujets, sa puissance à ses ennemis, et sa Majesté aux estrangers ; il sçavoit bien que c'est le propre du feu d'épurer les corps impurs et de reunir les choses homogênées et semblables, séparant l'or et l'argent de toute autre matière moins noble et moins riche, comme c'est le principal desir de sa Majesté, de rappeler tous ses sujets à leur devoir et les purger de tous pretextes de desobeissance. Il sçavoit bien, dis-je, que !e feu court après la matiere combustible et ne consume rien en son lieu naturel; ains sert à l'entretien des creatures inférieures et donne contentement a ceux qui le voyent d'une distance proportionnée de mesme que sa Majesté destruict facilement ceux qui l'outragent, et n'employé son authorité qu'à la conservation de ses peuples, ou l'agrandissement de ceux qui l'approchent avec le respect qui luy est deu. Bref, il cognoissoit que le feu est le plus eslevé de tous les elemens, comme luy le plus grand de tous les hommes; que le feu ne peut estre enfermé, ny borné, que de ses bornes naturelles, comme luy ne peut estre limité que par la puissance divine et sa propre volonté; et que les Esprits qui sont les plus proches de Dieu entre les hiérarchies célestes, estant appelez Séraphins, qui signifie feu eschauffant, il doit aussi affecter une qualité si agréable à Dieu mesme, comme estant le plus proche et le plus aymé de luy parmy les hommes.

C'est pour toutes ces raisons qu'il se voulut couvrir de flammes, et ses flammes estoyent esmaillées et faites avec un tel artifice, que le feu mesme se rendoit plus esclatant par elles, lorsque les rayons des flambeaux innombrables de la salle estoyent adressez dessus, et que ceux qui les regardoient en recevoyent la reflexion. Son masque et sa coiffure estoyent de mesme composition que son habit, et n'eust esté la douceur extresme de ses actions on eust creu que dès lors sa Majesté s'estoit couverte de feu pour consumer ses ennemis.

Ainsi vestuë et couverte de flammes, elle descendit les degrez d'un petit théâtre eslevé de trois pieds seulement, au son de vingt-quatre violons representant autant d'Esprits, logez en une niche separée pour servir aux differens actes du Ballet, et comme si sa Majesté eust repris Renault d'estre sorty sans son congé (parce que déja il s'estoit avancé dans la salle), elle le ramena jusques au milieu, et dansa avec luy jusqu'à ce que Monsieur le chevalier de Vendosme(1) (representant le Demon des eaux) et Monsieur de Mompoullan(2) (un Esprit de l'air) descendirent de la montaigne pour les venir joindre. Tous quatre sont signalez par differens nombres en la seconde planche, sa Majesté par l'unité. Monsieur de Luynes par 2, Monsieur le chevalier par 3, Monsieur de Monpoullan par 4. Et chacun des pourtraicts exprime si naïvement leurs habits, que la description en restant inutile, c'est assez de dire que leur entrée fut ornée de si belles dances, si diverses égares, et si follastres actions, qu'ils laissèrent à ceux qui les veirent une créance de ne pouvoir rien voir de mieux, et aux autres masques une aprehension de n'avoir plus de quoy se pouvoir faire regarder.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 2

(1) Alexandre de Vendôme (1598-1629), dit le Chevalier de Vendôme, Grand prieur de France, deuxième fils légitimé d'Henri IV de France et de Gabrielle d'Estrées. Il avait été envoyé à Rome, en 1615, en ambassade auprès du pape Paul V.

(2) Monsieur de Mompoullan : Jean de Caumont, marquis de Montpouillan, sixième fils de Jacques de Nompar de Caumont, premier duc de La Force, pair et maréchal de France. Favori de Louis XIII, il fut nommé premier gentilhomme de la Chambre, mais, en butte à la jalousie de Luynes, il dut se retirer de la Cour en 1618. Il mourut en 1621 en défendant Tonneins, ville huguenote, contre l'armée royale, et fut décapité en effigie par arrêt du Parlement de Bordeaux.

Deuxième entrée

Tandis qu'ils achevoyent leur Ballet, et que deja Renault, se voulant reposer, s'acheminoit vers sa grotte, Monsieur le comte de la Roche-Guyon (pour le Demon de la chasse, marqué 5 en la planche suivante) et Monsieur le general des Galleres (tenant lieu du Demon des foux, marque 6) descendirent de la mesme montaigne, dont estoit sortie sa Majesté et sa suitte mais si l'invention de leurs habits fut extravagante et gentille, la justesse de leur dance, et !e rapport de leurs gestes fut autant inimitable, que les premiers s'estoyent creus sans comparaison on douta longtemps s'ils n'avoyent point appris quelque chose des Demons mesmes, et si les hommes pouvoyent avoir autant de promtitude et de conduitte tout ensemble.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 3

(1) François de Silly, grand louvetier de France, comte puis duc (en 1621) de La Roche-Guyon. Il mourut en 1628 au siège de La Rochelle.

(2) Philippe-Emmanuel de Gondi de Retz, comte de Joigny, marquis de Belle-Isle (1581-1662), succéda en 1598 à son frère Albert de Gondi, duc de Retz comme Général des galères.

Troisième entrée

Mais quand ces seconds cesserent de dancer, et que Monsieur de Liancourt (representant un Esprit follet signallé en la planche suyvante par 7), Monsieur de Blinville (le Demon du jeu, par 8), Monsieur de Challais (celuy des avaricieux, par 9) et Monsieur de Humieres (celuy des villageoises, aussi remarqué par 10) quand, dis-je, ces quatre nouveaux Demons descendirent de leur montagne, pour venir chercher Renault qu'ils ne voyoient plus, les regardans estonnez de ce qu'ils avoient veu revinrent à eux par l'estonnement de ce qu'ils voyoient, et l'extraordinaire disposition des personnes, joincte à la bizarre rencontre des habits, avec la difficulté des pas si facillement surmontee, firent avouer à tous que la merveille surpassoit de bien loing la creance qu'ils avoyent euë de leur perfection.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 4

(1) Roger du Plessis de Liancourt (1598-1674), bientôt Premier Gentilhomme de la Chambre, très grand danseur de ballets, et accessoirement cousin de Richelieu (qui n’était alors encore qu’un simple secrétaire d’Etat et pas encore cardinal).

(2) le marquis de Blainville, premier gentilhomme de la chambre du roi

(3) Henri de Talleyrand-Périgord, comte de Chalais, exécuté en 1626 pour avoir participé à la "conspiration de Chalais", qui visait à assassiner Richelieu et destituer Louis XIII au profit de son frère Gaston d'Orléans.

(4) le chevalier d’Humières, issu d’une vieille famille du Rouergue

Encores la bonne fortune de rassemblée ne s'arresta-t-elle pas au plaisir que leur donna ceste troisiesme entrée ; une quatriesme (representée en la cinquiesme planche) la suyvit et luy fit dire que les admirations eatoyeut vaines, ou les miracles se suyvoient. Monsieur le marquis do Courtanvaut (au lieu d'un Esprit aerien, marqué 11), Monsieur le comte de la Roche-foucaut (comme le Demon de la vanité, marqué 12), Monsieur de Brantes (pour le Demon des Mores, marqué 13), et Monsieur le baron de Palluau (representant le Demon de la guerre, marqué 14) furent les quatres qui sortirent les derniers de la montaigne; mais ils ne furent pas les derniers en l'estime que l'on fit des personnes et des actions l'ordre gardé dans leurs dances, la majesté de leurs habits, et la beauté de leurs figures, fit quasi oublier ce qu'auparavant on avoit admiré, et chascun ne sçavoit à quoy se plaire pour avoir trop de plaisir.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 5

(1) Jean de Souvray, marquis de Courtenvault, Premier Gentilhomme de la Chambre

(2) François V de La Rochefoucauld (1588-1650), issu d’une des plus vieilles familles de la noblesse de France, catholique et ami de Louis XIII, lequel érigera son comté en duché-pairie en 1622

(3) Gentilhomme provençal originaire d’Avignon

(4) Seigneur vendéen

Quatrième entrée

Un nouvel ayse fit bientost perdre ce doute; car Renault ressortit de sa grotte avec tous les Demons qui l'avoyent cherché ou suivy, et se joignans tous avec les quatre restans, dançerent un Ballet de quatorze, si différent des premiers en nombre et en béante, qu'il eut tout sent les applaudissements qu'avoyent eus tous les antres, et qu'on unissant on se plaignit qu'il avoit trop peu duré. Tous les Demons s'évanouirent, et lors se commença la delivrance de Renault, car deux cavalliers (armez & l'antique, et marquez en la planche suyvante par 15 et l6, l'un portant une baguette et l'autre une carte avec un escu argenté et luysant comme un miroir) entrèrent par dedans une feuillée eslevée a costé de ceste montaigne, et dançerent quelque temps sous un air de trempette, si artificieux et si beau, qu'on eust souhaité ne l'entendre jamais finir. Ces chevalliers (n'ayant autre but que la delivrance de Renault) n'eurent pas longtemps paru dans la salle, qu'ils se retournerent vers la grotte premiere ou ce heros avoit paru.

Armide, qui n'en estoit sortie qu'après avoir disposé ses Demons à sa garde, leur fit voir à l'abbort le premier effect de ses charmes : car ceste montaigne se tourna d'elle-mesme, les rochers des costez secouërent leurs testes qui sembloyent immobiles ; tout changea d'un instant, et en leur place parut ce qui est representé en la sixiesme planche sçavoir de beaux jardinages occupans la largeur de la salle, et dans ces jardins trois grandes fonteynes rustiques. Celle du milieu jettoit son eau d'une trompe en niche, eslevée au-dessus d'un bassin dont les gargouilles jaillissoyent contre la trompe comme si elles eussent esté faschées qu'elle leur derobast la veüe du ciel qu'elle leur cachoit. Les deux fonteynes des costez pissoyent à travers le stucq incrusté sur le pendant d'une roche, qui sembloit preste à tomber sur les bassins entoures de petits arbrisseaux, et d'un nombre infini de fleurs.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 6

La nouveauté de cet aspec arresta quelque temps les cavaliers mais se ressouvenant des advis qu'on leur avoit donner ils se servirent de leur haguettte pour destruire ces magiques puissances d'Armide. Au premier coup que ces trois fonteyncs en reçeurent, toutes trois se fixerent, l'eau cessa mesme de couller, et l'or esclatant dont elles estoyent enrichies, perdit le p!lus beau de son lustre. Un nouveau charme encore leur donna nouvel estonnement, car une Nymphe echevelée et tonte nuë sortit du bassin de la fontayne du milieu, et tandis que les cavalliers cherchoient passage pour entrer dans le jardin, elle chanta ces vers faits par Bordier, recitez par uu des pages de la musique du Roy.

Air de Boesset (une voix de haute-contre, viole, luth) : Quelle pointe de jalousie vous a mis en la fantasie

Air de Boesset : Quelle pointe de jalousie

D'autres que ces cavaliers eussent este arrestez par la douceur de la voix ou beauté de la Nymphe mais leurs oreilles et les vuës estoyent bouchées, et leurs baguettes suppleant à leur courage (qui leur deffendoit d'employer des armes sur une femme belle et nue comme estoit celle-là), ils la forcerent de se replonger en l'eau dont elle estoit sortie pour les arrester.

Cinquième entrée

Aussitost parurent six differents Monstres pourtraicts en la septiesme planche, deux desquels avoyent la teste, les aysles et les pieds de hiboux, avec le reste du corps couvert d'un habit de jurisconsulte, sçavoir d'un bonnet quarré, d'une soutanne et d'une robbe noire; deux autres avoyent la teste, les bras et les jambes de chien, le reste du corps rapportant à un païsan et les deux derniers ayant teste, bras et jambes de singe, representoyent une fille de chambre, jeune et parée selon l'usage présent. Ces Monstres plaisans et difformes tout ensemble, attaquerent les deux cavalliers, comme ils entroient desjà dans le jardin, et eux leur restant par les armes, et par la puissance de la baguette, leur contraste donna lieu à un Ballet de bouffonneris et de gravité entremêlée, qui n'eust pas la derniere place en la louange de ceux qui les regardèrent.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 7

Enfin, il s'acheva comme ïcs précédents, et s'achevant les Monstres s'enfuyrent, tandis que Renault, transporte d'ayse, en la possession de son Armide, estoit couché sur les fleurs qne l'eau de ses fonteynes arrousoit en tombant, et chantoit ces vers faits par Durand.

Air de Gabriel Bataille (pour une voix de basse-taille, viole et luth) : Déités qui, libres d’ennuis 

Air de Bataille : Déités qui, libres d'ennuis

Les hautbois jouent la 5è entrée, sur un mode à la fois martial (percussions très présentes) et goguenard.

Les Cavalliers, plains d'ayse ef d'ardeur en la rencontre de ce qu'ils cherchoyent, s'arresterent tout court à l'entrée de ce jardin, et faisant voir Renault a luy-mesme dans l'escu de cristal qu'ils avoyent apporté, l'emmenèrent hors de ce lieu enchanté jusques au milieu de la salle, où ce guerrier eut telle honte de sa jeunesse ainsi passée, que ses carquans luy furent des meurtres reprochables, ses dorures des taches infâmes, et sa demeure voluptueuse une funeste prison, dont à l'heure mesme il desira de sortir. Aussi, la huitiesme planche le represente tel, tout honteux et furieux tout ensemble, brisant ses chesnes en passant auprès de ce jardin, qui paravant luy sembloit entouré de precipices, et fuit aussi soudainement la presence d'Armide qu'ardamment il en avoit souhaité la veuë.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 8

Armide accoure esplorée sur les lieux que Renault a laissez elle voit ses fontaynes taries, ses Nymphes muettes, ses Monstres chassez, et bref, tout son jardin changé de ce qu'il estoit auparavant. Alors ceste maison choisie par elle pour ses delices, est le lieu de son desespoir alors elle esprouve que l'Amour ne s'attache point par d'autres charmes que par les siens ; alors, dis-je, elle apprend que les plaisirs du vice aboutissent à la douleur, et qu'il faut tost ou tard que l'Amour face une action d'un Dieu qui porte des aysles. Le depit prend la place de sa bonne volonté, et luy fait appeler ses Demons par des conjurations toutes nouvelles ; mais il semble que ces malicieux ministres apprehendassent de l'approcher, ou que selon la nature de l'affliction qui appelle les risées de tout le monde, ils prissent plaisir à se mocquer de son inquietude. Tous ces Demons sont pourtraicts en la neufviesme planche sçavoir, trois en forme d'escrevisse, deux en tortues, et deux en limassons, et tous sortirent de dessous des antres obscurs, à mesure qu'Armide (qui est pourtraicte au milieu d'eux) redoubla ses conjurations.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 9

L'enchanteresse, depitée de voir ses Démons sous ces formes moqueuses, fit de nouveaux caracteres, prononça de nouveaux mots, et chanta ces vers faits par Bordier.

Air de Pierre Guédron (voix de haute-contre, le chanteur et danseur Marais, luth et viole) : Quel subit changement !

Air de Guédron : Quel subit changement !

Sixième entrée

A la fin de ces vers, les Demons sortirent de leurs coques, et parurent de nouveau comme ils sont pourtraicts en la dixiesme planche, sçavoir en formes de vieilles depuis le nombril en haut, avec grands chapperons à l'antique, ayant la queuë détroussée, un corcet de satin noir, chamarré d'argent ; et du nombril en bas, elles avoyent des culottes à l'antique, du satin incarnad brodé d'or, dont les canons descendoyent jusques au bas des genous. Ces vieilles estoyent bottées et esporonnées, et se peut dire que (jusques icy) rien ne s'est veü de si bizarre et si plaisant que ce Ballet. Marais estoit celuy qui representoit Armide en ses furies et ses chants, et Belleville (qui generalement avoit fait tous les airs et toutes les dances du Ballet) estoit encores le particulier conducteur de tous les Demons invoquez. Tous les deux estans assez cognus n'eut besoing que d'estre nommez pour avoir des louanges; aussi retouné-je à dire qu'Armide se fit emporter par ses Demons ; que son jardin qui, paravant estoit si beau, ne devint plus qu'une caverne déserte et affreuse aux yeux de ceux qui la virent ; que tout trembla et changea tout ensemble, au transport de ceste sorciere, et que tous les Ballets d'entrée finirent en ce changement.  

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 10

Après un moment de relasche (pour donner loysir aux esprits de se porter à nouveaux objects), entra dans la salle un petit bois, cy après pourtraict, dans lequel chantoyent seize personnes vestuës en cavalliers antiques, avec sallades en testes, et grandes plumes pendantes en arriere, qui remplissoient ce petit bois d'une diversité tres-agreable.

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 11

Ces cavalliers faisoyent un concert de musique conduit par le sieur Guedron veritablement inimitable en ses sciences, mais particulierement admiré par l'invention de ses beaux airs. Le bois et les hommes sembloyent estre esmeus par la puissance d'un hermite représenté par le Bailly qui se peut glorifier d'avoir et d'avoir eu la plus belle et plus charmeuse voix de son temps, et cet hermite tenait la place du vieil Pierre, par la science duquel Renault fut delivré de sa prison. Les autres cavalliers representoient les soldats de l'armée de Godefroy, qui impatiens de l'eslongnement de Renault, le cherchoyent en chantant ces vers faits par Guedron :

Air de Guédron, vers et musique (trois parties de voix, violes et luths) : Allez, courez, cherchez de toutes parts.

Air de Guédron : Allez, courez, cherchez de toutes parts

Après ces vers, l'hermite commençoit ce dialogue, en les advertissant du retour de Renault.

Dialogue de Guédron, vers et musique (voix de basse et choeur des Soldats) : Vostre héros n’est plus en servage, Renault est enfin de retour.

Dialogue de Guédron : Votre héros n'est plus en servage

Et ce dialogue fini se faisoit une grande Musique du concert du sieur Guedron, et de l'autre qui premièrement s'estoit fait admirer sous la conduitte du sieur Mauduit. Chacun avoua que l'Europe n'a jamais rien ouy de si ravissant et le nombre de quatre vingt douze voix et de plus de quarente cinq instrumens estant joincts ensemble, faisoit un si doux bruict qu'il ne semblait pas revenir au quart de ce dont il estoit composé. Les vers qui suyvent, faits et mis en air par Guedron furent ceux qu'ils chantèrent ensemble.

Choeur de Guédron, vers et musique (trois parties de voix, avec accompagnement ad libitum des instruments en tutti : Enfin, le Ciel a retiré ce Renault qu'Amour avait attiré.

Choeur de Guédron : Enfin le Ciel a retiré

Tout se changea de soy-mesme à mesure que ce petit bois se retira. Aux deux costez du théâtre s'esleverent deux grands palmiers, portant chacun des trophées qui montroyent avoir esté conquis sur les ennemis du nom chrestien ; mais pas un ne les considéra, car la face du milieu ou Godefroy et les chefs de son armée estoyent assemblez pour se resjouïr de l'heureux retour de Renault, attira tant d'yeux à soy, qu'il n'en resta plus pour les trophées. La planche suivante montre bien quelque chose de sa beauté, mais elle en est pourtant autant eslongnée que la pensée des plaisirs est différente de leur realité. Le Roy, comme un autre Godefroy, estoit sur un trosne dans ce pavillon de toille d'or, regardant au-dessous de luy les mesmes seigneurs de sa Cour qui l'avoyent accompagné en sa représentation des Demons, et qui, par cette feinte, tesmoignoyeut la veritable envie qu'ils avoyent de le suivre en la mesme action qu'ils representoyent. Tous ensemble parurent à mesure que ce grand pavillon se tourna, et comme on a quelquefois entendu les peuples devotieusement assemblez, s'escrier ucanimement en l'apparition de quelque miracle, on ouyt toute l'assemblée donner des applaudissemens à la veuë de ce pavillon enrichy de si rares personnes. L'esclat des pierreries cacha pour un temps la majesté des visages, et soudain après, les visages se faisant connoistre, firent negliger les enrichissements des habits. Il fut douteux encores si les masques paroissoyent immobiles pour l'estonnement de voir tant de beautez, ou si les beautez mesmes ne se mouvoyent point de peur do se divertir tant soit peu de l'agréable veü des masques. Mais enfin, le Roy donna le signai, et chascun descendit pour luy faire place, et tandis qu'il s'avança sur le devant du theâtre, les violons jouèrent le grand Ballet.  

Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 12

Ce grand Ballet fut dancé avec tant d'ordre et de disposition, qu'aucun autre devant luy ne se peut vanter de la mesme beauté. Un seul des François ne se peut tenir de benir le Ciel en la gentillesse de son Roy ; la Majesté, qui semble contraire à telles actions, estoit tousjours au devant de ses pas, et la grâce n'eust esté que pour luy seul, si ceux qui l'accompagnoyent ne l'eussent par fois dérobée pour faire admirer ce qu'ils faisoyent en l'imitant ; mais tous ensemble se sentirent de la puissance que sa Majesté eust alors sur les esprits car ceux qui n'avoyent point de bonne fortune, en acquirent, et ceux qui en avoyent les mirent en point de ne pouvoir estre perduës. Ainsi le Ballet se nnit et fit passer une nuit plus delicieuse que la plus belle journée du printemps. Tandis que le grand Bal se dança, et que chacun s'amusa à lire les vers particuliers que le Roy et les seigneurs de sa suitte donnerent aux Dames, sur le personnage que chacun d'eux avoit representé aux entrées.

 Le Ballet de la Délivrance de Renaud - Ballard - planche 13

 

Synopsis (résumé)

Le rideau tombe. Perspective de palais et de paysages dans le lointain. Un chœur monte soudain de derrière le décor de scène. Ce sont les esprits enchantés d’Armide qui, changés en oiseaux, commencent l’ensorcellement.

Pierre Guédron (vers et musique) chœur : Puisque les ans n’ont qu’un printemps. Trois parties de voix, une partie pour violes et une pour luth.

Première entrée : La musique cesse. Renaud paraît, couché sur l’herbe au pied d’une montagne dans laquelle s’ouvre une grotte. De la montagne descend Sa Majesté, se représentant lui-même, suivi de douze seigneurs représentant les esprits d’Armide. Le roi descend de la montagne « au son des vingt-quatre violons » qui, costumés en esprits, sont dans une niche séparée. Le roi s’approche de Renaud qui se lève et ils dansent la ensemble, bientôt joints par un Démon des Eaux (le chevalier deVendôme) et un Esprit de l’Air (M. de Montpouillan). Le roi, Renaud et les deux esprits dansent ensemble.

La bande des violons joue la première entrée (deux parties)

  Deuxième entrée : le comte de La Rocheguyon et le Général des Galères (deux démons) descendent de la montagne et dansent avec Renaud.

La bande des violons joue la 2è entrée

Troisième entrée : les huits autres seigneurs, (Chalais, Humières, Liancourt, Courtanvaux, La Rochefoucault, Brantes et Palluau) représentant tous des démons et des esprits, descendent un à un de la montagne et tous font avec Renaud et le roi un grand ballet et entrent dans la grotte.

Les violons puis les hautbois jouent la 3è entrée (2 parties)

Quatrième entrée : Renaud ressort de la grotte avec le roi et les 12 seigneurs et dansent tous ensemble un ballet de 14 (très applaudi d’après les sources)

Les violons jouent la 4è entrée

Les démons disparaissent et commence la délivrance de Renaud ensorcelé. Deux cavaliers entrent sur scène au son d’une fanfare de trompettes. Armide, se doutant des intentions des cavaliers, essaye de les impressionner en faisant disparaître son palais et le remplaçant par des jardins avec « trois fontaines rustiques ».

Les deux cavaliers font disparaître les enchantements illusoires de la magicienne : éteignent l’eau qui coulait des fontaines d’un coup de leur baguette.

Armide fait alors surgir une nymphe échevelée qui les prend violemment à partie.

Air d’Antoine Boesset (vers de Bordier) pour la nymphe (récit de haute-contre, puisqu’aucune femme ne chantait sur scène à cette époque) : Quelle pointe de jalousie (1 voix, viole et luth).

Un temps éblouis par le chant de la nymphe qui leur ordonne de laisser Renaud à Armide, les deux cavaliers la chassent finalement.

Cinquième entrée : Armide fait alors paraître six monstres : deux sont des hiboux géants portant des toges de jurisconsultes, deux des chiens géants déguisés en paysans et deux des singes géants déguisés en femmes de chambre. Ils attaquent les cavaliers tout en dansant un ballet mi-guerrier, mi-grotesque.

Les hautbois jouent la 5è entrée, sur un mode à la fois martial (percussions très présentes) et goguenard.

Les monstres fuient. Mais Renaud paraît alors, complètement sous l’emprise de son Armide, béatement couché sur les fleurs. Renaud chante :

Air de Gabriel Bataille (vers de Durand) : Déités qui, libres d’ennuis (une voix, viole et luth). Récit de basse-taille, registre propre aux héros à l’époque.

Les deux cavaliers (l’un est Louis XIII costumé en Godefroy), heureux d’avoir retrouvé Renaud, lui montrent son image dans un écu de cristal pour lui faire honte de son lâche abandon. Puis ils l’entraînent loin des jardins d’Armide.

La magicienne, furieuse, accourt et voit ses fontaines taries et sos sortilèges rompus par les deux preux. Elle convoque alors ses monstres qui apparaissent, sous forme d’écrevisses, de tortues et d’escargots. Agacée par ces formes stupides, Armide se met en colère et chante :

Air de Pierre Guédron (vers de Bordier) : Quel subit changement ! Récit de haute-contre, Armide étant jouée par le chanteur Marais. Voix seule, luth et viole.

Sixième entrée : Les monstres dansent et se transforment en « vieilles bottées et éperonnées » qui dansent une gigue, danse rapide en 3/8, caractérisée par des frappements de talons et des jetés de jambes. Le Roi des Instrumentistes Jacques de Belleville, violon du roi, conduit le ballet des monstres, qui doit être bizarre et drôle.

Les violons jouent la 6è entrée, sur un mode burlesque.

Tout tremble et le décor disparaît.

Apparaît à la place un petit bois. Dedans, jouant de luths et de violes et chantant, paraissent les soldats de l’armée de Godefroy de Bouillon qui, pendant tout ce temps, sont inquiets de l’absence de Renaud. L’hermite Pierre qui a délivré Renaud à distance par ses sortilèges, est avec eux. Ils dialoguent.

Chœur des soldats, musique et vers de Guédron : Allez, courez, cherchez de toutes parts Trois parties de voix, violes et luths.

Récit du mage (récit de basse, ce timbre étant en général celui des êtres surnaturels) : Vostre héros n’est plus en servage. Vers et musique de Guédron.

Une grande musique retentit alors, qui mêle tous les instruments et toutes les voix. C'était la première fois qu’une œuvre d’une telle dimension était jouée.

Chœur Enfin, le Ciel a retiré de Guédron (vers et musique) avec accompagnement ad libitum des instruments en tutti. Trois parties de voix.

Dernière entrée : Le décor change. Les compagnons de Renaud disparaissent ainsi que le petit bois.

Louis XIII paraît, en majesté sur son trône, dans un pavillon de toile d’or. A ses pieds sont tous ses seigneurs.

Sa Majesté se lève alors et « donne le signal ». Le roi (costumé en Soleil, disent certaines sources) s’avance seul devant le théâtre, tandis que tous lui font place et s’inclinent devant lui. Ils ne sont plus costumés : Louis XIII ne représente que lui-même et les autres ses sujets.

Alors les violons jouent le grand ballet final, que Sa Majesté conduit.

Triomphe et apothéose de Louis XIII.

Violons, hautbois tour à tour jouent le grand ballet final.

 

 

 

 

 

 

 

  Retour à la page d'accueil