L'opéra baroque


Les compositeurs


Elisabeth-Claude Jacquet de LA GUERRE

17 mars 1665 (*) - 1729

(*) date de baptême

Elisabeth-Claude Jacquet de La Guerre

 

CÉPHALE ET PROCRIS

-

JEUX A L'HONNEUR DE LA VICTOIRE

-

PASTORALE

pastorale, présentée au Dauphin dans son appartement en 1685, qui la fit exécuter plusieurs fois

?

petit opéra composé à vingt ans

"Musicienne, née à Paris, morte dans la même Ville le 27 Juin 1729, âgée d’environ 70 ans, inhumée à Saint Eustache.

Mademoiselle Jacquet dès sa plus tendre jeunesse fit connoître des talents et des dispositions extraordinaires pour la Musique et pour l’Art de toucher le Clavecin. A peine avoit-elle quinze ans, qu’elle parut à la Cour. Le Roi eut beaucoup de plaisir à l’entendre jouer du Clavecin ; ce qui engagea Madame de Montespan à la garder trois ou quatre ans auprès d’elle pour s’amuser agréablement, de même que les personnes de la Cour qui lui rendoient visite, en quoi la jeune Demoiselle réussissoit très bien.

Le mariage qu’elle fit avec Marin de la Guerre, Organiste de l’Eglise de Saint Severin l’obligea de le suivre et de revenir à Paris. Le mérite et la réputation de Mme de la Guerre ne firent que croître dans cette grande Ville, et tous les grands Musiciens et les bons Connoisseurs alloient avec empressement l’entendre toucher le Claveçin : elle avoit surtout un talent merveilleux pour préluder et jouer des fantaisies sur-le-champ, et quelquefois pendant une demi-heure entière elle suivoit un prélude et une fantaisie avec des chants et des accords extrèmement variés et d’un excellent goût, qui charmoient les Auditeurs.

Madame de la Guerre avoit un très beau génie pour la composition, et a excellé dans la Musique vocale, de même que dans l’instrumentale, comme elle l’a fait connoître par plusieurs ouvrages dans tous les genres de Musique qu’on a de sa composition; sçavoir, un Opéra qui a pour titre Céphale et Procris, Tragédie en cinq Actes avec un Prologue, représenté en 1694 et imprimé in-folio. Il. Trois livres de Cantates, dont une partie sont avec Symphonie, volumes in-folio, chez Ballard : les paroles des Cantates de ces deux premiers Livres sont sur des sujets tirés de l’Écriture sainte, dont je crois La Motte auteur de la plus grande partie. Un Recueil de Pièces de Clavecin ; un Recueil de Sonates, un Te Deum à grands Choeurs, qu’elle fit exécuter en 1721 dans la Chapelle du Louvre, pour la convalescence de Sa Majesté. Ses derniers ouvrages n’ont point été encore imprimés, et sont entre les mains de ses héritiers.

On peut dire que jamais personne de son sexe n'a eu d’aussi grands talents qu’elle pour la composition de la musique, et pour la manière admirable dont elle l’exécutoit sur le Clavecin et sur l’Orgue. Elle avoit eu un fils unique, qui à l’âge de huit ans surprenoit ceux qui l’entendoient jouer du Clavecin, soit pour l’exécution des Pièces, soit pour l’accompagnement ; mais la mort l’enleva dans sa dixième année."

(Évrard Titon du Tillet - 1677 - 1762)

 

 

 Pour en savoir plus :

 

 

http://www.arpeggione.fr/biographies/Jacquet.html

 

"Un portrait très vivant et remarquablement documenté...L'étude de Catherine Cessac met admirablement en perspective l'avènement de notre héroïne, d'abord en retraçant le parcours musical des familles Jacquet et La Guerre, puis en suivant pas à pas le développement d'une "carrière" somme toute harmonieuse...Catherine Cessac veille à alterner efficacement le récit des évènements...et l'analyse succincte, mais pertinente, de ses oeuvres." (Crescendo - décembre 1995)

 

 

 

Retour à la page d'accueil