L'opéra baroque


Les compositeurs


Giovanni LEGRENZI

12 août 1626 (Clusone, près Bergame) - 27 mai 1690 (Venise)

Giovanni Legrenzi

 

ACHILLE IN SCIRO

-

ADONE IN CIPRO

livret de G.M. Giannini - représenté au Teatro di San Salvatore de Venise, en 1676

ANARCHIA DELL'IMPERIO

livret de T. Stanzani - représenté au Teatro Salvatore de Venise en 1684

ANTIOCO IL GRANDE

livret de Girolamo Frisari - représenté au Teatro di San Giovanni Grisostomo de Venise durant le carnaval 1681

IL CRESO

livret de Giulio Cesare Corradi - représenté au Teatro di San Giovanni Grisostomo de Venise en 1681

LA DIVISIONE DEL MONDO

-

I DUE CESARI

livret de Giulio Cesare Corradai - représenté au Teatro Salvatore de Venise en 1683

ETEOCLE E POLINICE

livret de T. Fattorini - représenté au Teatro di San Salvatore de Venise, en 1675

GERMANICO SUL RENO

-

IL GIUSTINO

-

IFIANASSA E MELAMPO

livret de Giovanni Andrea Moniglia - représenté à la Villa medicea de Pratolino en 1685

LISIMACO RIAMATO DA ALESSANDRO

livret de Giacomo Sinibaldi - représenté au Teatro di San Salvatore de Venise en 1682 - édition par Francesco Nicolini - Venise - 1682

NINO IL GIUSTO

premier opéra - livret du marquis Ippolito Bentivoglio - représenté au Teatro San Stefano de Ferrare, en 1662

L'OTTAVIANO CESARE AUGUSTO

livret de Niccolo Beregan - représenté au Teatro Ducale de Mantoue en 1682 - musique perdue

IL PAUSANIA

livret de G. Frisari - représenté au Teatro di San Salvatore de Venise en 1682

PUBLIO ELIO PERTINACE

livret de D.P. d'Averara - représenté au Teatro Salvatore de Venise en 1684

TIRIDATE

livret de Niccolo Minato - représenté au Teatro di San Salvatore de Venise, en 1668

TOTILA

-

ZENOBIA E RADAMISTO

livret de Matteo Norris - représenté avec succès au Teatro San Stefano de Ferrare, en 1665

  Organiste et compositeur très influent. Legrenzi fut actif dans plusieurs villes d’Italie du Nord Bergame, où il servit comme organiste à Sainte-Marie-Majeure (1645-1656) ; Ferrare, en tant que maestro di cappella de l’Accademia delle Spirito Santo (1656-1665) ; et finalement Venise, où il occupa successivement plusieurs postes, le principal et dernier étant celui de maestro di cappella à San Marco (de 1685 à sa mort). Il vécut des moments difficiles, comme en 1654, lorsqu’il fut provisoirement chassé de son poste à Bergame, ou lorsqu’il eut la déception de voir lui échapper le poste de Kapellmeister à la cour de Vienne ou de maestro di cappella à la cathédrale de Milan (1669) ou à San Petronio de Bologne (1671). Il dut attendre presque dix ans — dont la moitié comme vice-maestro — pour obtenir son poste à San Marco, s'étant vu préférer Natale Monferrato, pour la succession de Cavalli en 1676, mais durant les années qu'il y passa comme maestro, les effectifs de la cappella et du concerto de cordes, de cornets, de bassons et de trombones furent augmentés avec l’assentiment enthousiaste des procurateurs. La musique sacrée de Legrenzi ayant survécu (psaumes et motets pour des effectifs très variés) date de ses années de Bergame et Ferrare ; seule survit, de ses années vénitiennes, une messe à cinq voix dans le stile antico (1689).

C’est pour le Teatro San Stefano de Ferrare que Legrenzi commença à composer des opéras (tout à fait dans le style de P. A. Ziani et Cesti). Il y avait été encouragé par un nouveau mécène et ami, Hippolito Bentivoglio, qui lui fournit un certain nombre de livrets. L’Achille in Sciro (1663) obtint un succès tel qu’il fut donné au Teatro San Salvatore de Venise l’année suivante, faisant du même coup de Legrenzi un compositeur d’opéras avec qui compter. Il écrivit au moins 14 opéras pour Venise (1668-1684) et un pour le Teatro Ducale de Mantoue (1682). Plusieurs de ses opéras furent repris de son vivant — en particulier Zenobia e Radamisto (1665), Germanico sul Reno (1676), Lisimaco riamato (1682) et Giustino (1683) — à Bologne, Brescia, Macerata, Milan et Modène et, après sa mort, à Florence, Gênes, Rome, Vérone et Vicence. Il mit en musique au moins un livret d’oratorio de Bentivoglio, Oratorio del giuditio (1665), l’ouvrage étant exécuté non à Ferrare mais à Vienne (où il espérait obtenir un poste). En 1676-1678, trois oratorios furent exécutés à I’Accademia della Morte et deux à la chiesa di San Filippo Nemi à Ferrare.

Parmi les traits les plus saillants des opéras et oratorios de Legrenzi, il faut citer leurs sinfonias instrumentales — avec sonates et danses — et leurs ritournelles d’airs. A sa très grande maîtrise de l’écriture fuguée (tradition héritée de Frcescobaldi) et du maniement dc vastes effectifs (hérité de Gebrieli), Legrenzi ajouta un « penchant moderne » pour les mélodies incisives et les harmonies tonales bien nettes. Six vastes recueils de musique instrumentale — incluant sonates pour violon et continuo, sonates en trio et en quatuor et deux sonates polychorales vénitiennes à six voix — furent publiés à Venise (1655, 1656, 1663, 1673 et deux posthumes) et influencèrent grandement les sonates et concertos de Giuseppe Torelli, Vivaldi et même J. S. Bach. (Guide de la Musique Baroque - Fayard)

 

 

 

Retour à la page d'accueil