BALLET DE L'IMPATIENCE

COMPOSITEUR

Jean-Baptiste LULLY
LIBRETTISTE

Isaac de Bensérade
     

 

Ballet à seize entrées, en deux parties (LWV 14), sur un livret d'Isaac de Bensérade et de Francesco Buti. Musique de Jean-Baptiste Lully, en collaboration avec Beauchamp et Dolivet pour les airs de danse.

Il fut dansé dans la Galerie du Louvre, le 19 février 1661 (avec le Roi dans les rôles d'un grand amoureux, de Jupiter et d'un chevalier), et les 22 et 26 février 1661. Les représentations furent interrompues par la mort de Mazarin le 9 mars 1661.

La distribution réunissait, pour le Prologue, le castrat soprano Rivani (Amour), la signora Anna Bergerotti (La Constance), le castrat Giuseppe Melone (La Prudence), le castrat Francesco Maria Melani (L'Humilité), le castrat Zannetto (La Fidélité), Augustino (L'Amoureux riche), Bordigoné (La Vérité), Taillavacca (Le Vieux), le castrat contralto Piccinni (Le Dédain), Assalone (L'Amour sensuel), le castrat Atto Melani (L'Amour capricieux), le castrat Giuseppe Chiarini (L'Amour jaloux), c'est à dire la troupe qui avait participé à la représentation du Xerse de Cavalli en novembre 1660.

On retrouva Anna Bergerotti (l'Impatience), Rivani (Amour) et Melani (la Patience) dans l'épilogue, accompagné d'un choeur d'amoureux. Le Roi y interpréta un Grand amoureux.

Patin note dans une lettre du 18 février : Le roi a répété par deux fois son ballet pour le danser devant la reine d'Angleterre.

Le 6 février précédent, un incendie - peut-être intentionnel - s'était déclaré dans la galerie des Peintures, détruisant le décor préparé par Carlo Vigarani. La galerie fut consumée, et on eut beaucoup de peine à sauver les chambres de la reine et du roi, ce que Loret raconta en vers, le 12 février :

Dimanche, un feu prompt et mutin, Sur les neuf heures du matin, Se prit à la maison royale, Dans cette galerie ou salle, Où l'on prétendait, à peu près, Danser ballet dix jours après ; Et telle fut sa violence, Que malgré toute diligence, Pour détourner l'embrasement, Ce magnifique bâtiment Qu'on nomme salle des Peintures, Devint d'effroyables masures ; Et ce lieu charmant qui, jadis, nes yeux était le paradis, Parut lors un affreux image, Le feu poussait plus loin sa rage : Mais, par grande dévotion, Dans cette désolation, On y porta la sainte hostie, Par qui fut la flamme amortie; Le vent changeant en un moment, Cela sauva visiblement Les chambres du roi, de la reine, De cette incendie inhumaine. Après cet effet merveilleux, Ou bien plutot miraculeux, Le roi, Monsieur, les reines mêmes, Avec des tendresses extrêmes De reconnaissance et d'amour, Et tous les princes de la cour, Ducs, marquis, maréchaux de France, Et prélats de haute importance, Conduisirent dévotement L'adorable Saint-Sacrement, Jusqu'au lieu de son tabernacle, Touché du précédent miracle, Auquel ils avaient grande foi, Sur tous les reines et le roi, Dont les ames très éclairées, Et de vices bien épurées, Savent discerner comme il faut Les Assistances du Très-Haut. Outre un secours si manifeste De la protection céleste, Quantité de fort bonne gens Se montrèrent très diligents D'empêcher de tout leur possible, Les progrès de ce feu terrible....

 Le prologue et l'épilogue en italien pourraient avoir été écrits par Francesco Buti (paroles) et Pier Francesco Cavalli (musique).

La Bibliothèque nationale de France conserve un manuscrit de Philidor l'Aîné de 1690.

 

Synopsis détaillé 

Première partie

L'Impatience, universellement blâmée, recherche à se réhabiliter par un Ballet

Prologue : Récit italien (L'Amour enseigne la Patience).

Entrée 1 - un Grand amoureux (joué par le Roi) donne une sérénade à sa maîtresse (Sommes nous pas trop heureux).

Entrée 2 - deux Alchimistes se disputent après avoir ouvert trop tôt leur fourneau et éventé leurs produits

Entrée 3 - deux maîtres à danser s'impatientent en montrant la Courante à des Moscovites et deds Croates

Entrée 4 - deux Plaideurs pressent leurs Procureurs de terminer leurs procès

Seconde partie

Récit de l'Impatience (Courons où tendent nos désirs) chantée par Mlle de la Barree, accompagnée de quatre théorbes et quatre violons.

Entrée 1 : six Portefaix impatients de se décharger de leur fardeau le jettent à terre, d'où sortent six Nains impatients

Entrée 2 - des Oiseleurs à la chouette s'impatientent que celle-ci n'ait pas fait venir d'oiseaux

Entrée 3 - deux jeunes débauchés, impatients de la succession de leur père, fouillent dans se scoffres. Ce dernier les chasse de chez lui.

Entrée 4 - Jupiter (joué par le Roi), impatient de jouir de ses amours, trompe Caliste sous l'habit de Diane

Troisième partie

Récit crotesque : un maître d'école fait chanter par ses écoliers les louanges du tabac

Entrée 1 - des Gourmands, impatients de manger, se brûlent et font force grimaces

Entrée 2 - des Créanciers impatients saisissent les meubles de leurs débiteurs

Entrée 3 - huit Chevaliers (dont un joué par le Roi et un autre par Lully) impatients de rivaliser d'adresse à la danse, dansent sans attendre la cadence

Entrée 4 - deux marchands Mores consultent des Bohémiennes sur l'arrivée de leurs vaisseaux

Quatrième partie

Récit de la Loterie, chanté par Mlle Hilaire (Venez vous ranger sous mes lois).

Entrée 1 - des Suisses servis par des Florentins, impatients de boire, se jettent dans un tonneau de vin

Entrée 2 - des filles attendent impatiemment leurs Galants

Entrée 3 - dix Aveugles (dont Lully), impatients de sortir, n'attendent pas leur conducteur, se cognent les uns dans les autres et se battent

Entrée 4 - deux Amants impatients (Pluton et Borée) enlèvent leurs maîtresses (Proserpine et Orithie)

Epilogue

La Patience et l'Impatience essayent chacune de convaincre l'Amour. Celui-ci les met d'accord : les deux sont nécessaires

 

 

  Retour à la page d'accueil