CLEOPATRA

COMPOSITEUR

Johann MATTHESON
LIBRETTISTE

     

 

Représenté au Theater am Gänsemarkt de Hambourg le 20 octobre 1704.

Mattheson raconta, en 1740, l'anecdote bien connue :

"Le 5 décembre de ladite année (1704) pendant que l’on donnait mon troisième opéra, Cleopâtre, et que Haendel tenait le clavecin, survint un malentendu, comme cela n’est pas rare entre jeunes gens qui ont la tête près du bonnet. Je jouais le rôle d’Antoine, et comme il meurt avant la fin de la pièce, j’avais pris l’habitude de descendre à l’orchestre, et, en ma qualité de compositeur, d’accompagner au clavecin le reste de l’Opéra. Mais cette fois Haendel m’accueillit par un refus. A la sortie du théâtre, surexcités par de prétendus amis et entourés de nombreux curieux, nous commençames, Haendel et moi, sur la place aux Oies et sous un réverbère, un duel qui aurait pu être très malheureux pour tous deux, si, par la grâce de Dieu, mon épée ne s’était brisée sur un bouton be métal de l’habit de mon adversaire. Rien de fâcheux n’arriva donc et, par l’entremise d’un conseiller des plus considérés de Hambourg et des directeurs de l’Opéra, nous fûmes bientôt réconciliés, car le 30 décembre, après la répétition de son Almira, j’eus l’honneur d’avoir Haendel à ma table. Nous devînmes encore meilleurs amis qu’auparavant. Les paroles de Sirach, chapitre XXII, sont donc applicables ici « Si tu frappes ton ami avec l’épée, tu lui fais moins de mal que si tu l’outrageais ; car vous pouvez redevenir amis si tu ne l’évites pas et que tu lui parles. » Je raconte cette aventure telle qu’elle s’est passée, parce que naguère elle a été dénaturée par des gens malicieux."

 

 

Représentations :

 

 

  Retour à la page d'accueil