LES AMOURS DE RAGONDE

ou La Veillée du Village

COMPOSITEUR

Jean-Joseph MOURET
LIBRETTISTE

Néricault Destouches

ENREGISTREMENT
EDITION
DIRECTION
EDITEUR
NOMBRE
FICHE DETAILLEE
1991
1992
Marc Minkowski
Erato
1
 

Divertissement pastoral en trois actes, sur un livret de Philippe Néricault Destouches (*), représenté en décembre 1714, à l'occasion de la treizième des seize Grandes Nuits, organisée dans son château de Sceaux par Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé, duchesse du Maine, en 1714/1715. C'est l'abbé de Vaubrun, bailli de Sceaux, que la duchesse avait désigné comme roi de la Nuit, qui chargea Destouches et Mouret de composer "dans le cadre obligé de trois actes, un petit opéra gai, amusant, grivois au besoin, mais avant tout comique et récréatif". Vaubrun expliqua devant le rideau qu'il avait voulu une petite drôlerie qui surprit leur bonne maîtresse, une friperie qu'elle pût voir sans fâcherie. Il portait alors le nom de Le Mariage de Ragonde et de Collin ou La Veillée de Village, et comprenait trois intermèdes : la Soirée au village, les Lutins et la Noce et le Charivari.

(*) Philippe Néricault Destouches (1680-1754), comédien, ministre plénipotentiaire sous la Régence, auteur de comédies, admis à l'Académie en 1723 où il remplaça Campistron.

Philippe Néricault Destouches

Une édition de 1739 mentionne comme danseurs dans les divertissements : Paysans et paysannes, à l'acte I : Dubuisson, Deloule, Bodin, Gonzale, Lefebvre cadet, Mesdemoiselles Giroux, Hyacinthe, Pluvignée, Lebert, Fardelle ; Paysans déguisés en furies, à l'acte II : Denis, Deloule, Bodin, Dupré, Garnier ; Paysans galants, à l'acte III : Lefebvre, Bodin, Deloule, Duprés, Garnier, Mesdemoiselles Lefebvre, Hyacinthe, Giroux, Pluvignée, Tixier.

Appelée comédie lyrique, l'oeuvre fut représentée le 30 janvier 1742, à l'Académie royale de musique, sous le titre de Les Amours de Ragonde. Elle était précédée du Temple de Gnide, également de Mouret, et suivie de La Fête de Diane, troisième entrée des Fêtes Grecques et Romaines de Colin de Blamont.

Seule la partition de cette dernière version a été conservée, l'original n'étant connu que par le livret. Les allusions à la duchesse de Sceaux que comportait le livret initial furent supprimées, et les modofications se firent sans l'accord de l'auteur, ce qui provoqua une vive réaction de ce dernier auprès de Tavenot.

La distribution était la suivante : Cuvillier (Ragonde), Mlle Coupée (*) (Colette), Albert (Lucas), Jélyotte (Colin), Bérard (Thibault), Mlle Bourbonnois (Mathurine). La Camargo dansa dans le ballet de l'acte III, dans une chorégraphie de Jean-Barthélemy Lany (1718 -1786), entourée de Mlle Dalmand, Mlle Frémicourt, Hamoche, Dangeville et Lamy. 

(*) Mlle Coupée, surnommée « le Petit Amour en brassière », entra à l'opéra en 1738, et arrêta sa carrière en 1753. Elle compta au nombre de ses protecteurs le duc de Gramont.

 Des reprises eurent lieu :

Le 28 mars 1743 eut lieu une exécution, avec Issé, pour la capitation des acteurs.

La veille, avait été représentée Églé, de Lagarde, avec la marquise de Pompadour dans le rôle d'Almasis. La pièce fut apprise, répétée et montée et jouée en quarante-huit heures. Elle fut précédée d'une reprise d'Almasis, de Royer. Madame de Pompadour, pour la première fois, joua un rôle de travesti, celui de Colin. Elle était habillée en homme mais comme les dames le sont quand elles montent à cheval, ce qui était un habillement très décent. La distribution réunissait aussi le marquis de Sourches, par ailleurs violiste (Ragonde), Mme de Marchais (*) (Colette) en habit de paysanne, corps, jupe et basques de taffetas blanc garni de rubans et découpure rose, M. de la Salle (Lucas), le vicomte de Rohan (Thibault), Mme Trusson (Mathurine) en corset et basques de taffetas bleu , découpure blanche, jupe de taffetas blanc, galonnée de ruban bleu ; Mlles Marquise et Dorfeuil dansaient en habit de jardinière, corps et basques de taffetas rose, découpure verte, manches de gaze d'Italie, jupe de taffetas rayé.

(*) Madame de Marchais était la fille de Jean-Benjamin de Laborde, fermier général, mariée en premières noces à Marchais, fils de Binet, valet de chambre du Roi, puis à M. d'Angevilliers ; Marmontel disait d'elle qu'elle n'était pas seulement la plus spirituelle et la plus aimable des femmes, mais aussi la meilleure et la plus essentielle des amies.

Des représentations eurent également lieu à Lyon, en 1742, dans la salle du Jeu de Paume de la Raquette Royale, et en 1749 (juin) /1750, avec Jacques-Simon Mangot, directeur de l'Académie de Lyon, dans le rôle de Ragonde ; à Bruxelles, au Théâtre de la Monnaie, les 25 et 29 mars 1753, ainsi que le 24 mai 1761.

 

La représentation à Lyon de juin 1749 fut précédée de la première entrée de l'Europe galante. La distribution réunissait : Mlle Adelaïde (Vénus) et Lachevrerie (la Discorde) dans la première entrée, Mangot (Ragonde), Mlle Fabre (Colette), Augé (Lucas), Antoine (Colin), Philippe (Thibaut), Mlle Cartaud (Mathurine), Lachevrerie (Blaise).

Ballets : Paysans et Paysannes (acte I), Paysans déguisés en Furies (acte II), Paysans galants (acte III). Parmi les danseurs, figuraient Roque, maître de ballet, et Mlle Camargo.

Com. burlesque, de Nericault Destouches, donnée sur le Théatre de l'Opéra le 31 Janvier 1742, avec quelques changemens que l'Auteur désavoua. Ce Div. est composé de trois Intermedes, & fut fait en 1714, pour être représenté à Sceaux, sous le titre de Mariage de Ragonde & de Colin, ou la Veillée de Village. La musique est du gracieux Mouret. On compte ce Divert. pour le 137e de nos Opéra : il est gravé partition in-4°. & a été remis en 1743 & 1753. (de Léris - Dictionnaire des Théâtres)

 

 Synopsis

Acte I - La Soirée du village : Ragonde, vieille paysanne, à qui, à soixante ans, il ne reste que "quatre dents", dit son amour à Colin qui lui avoue aimer sa fille Colette et la lui demande en mariage. Lucas, amant de Colette, jaloux, promet à Ragonde de la venger.

Acte II - Les Lutins : Colette a donné rendez-vous à Colin dans un bois, la nuit. Quand il arrive, il est entouré d'une troupe de lutins, garçons du village déguisés. Colin, effrayé, appelle Ragonde à son secours et lui promet de l'épouser.

Acte III - La Noce ou le Charivari : le village est rassemblé pour les noces de Ragonde et Colin, et de Colette et Lucas. Colin regrette sa décision, mais renouvelle sa promesse devant la menace de Ragonde de rappeler les esprits infernaux. Thibault fait célébrer le double mariage.

 

Le Mariage de Ragonde et de Collin (1714)

Les Amours de Ragonde (1742)

 

Représentations :

 

 

 

 

 

retour page d'accueil