LES FETES DE PAPHOS

Les Fêtes de Paphos - Christophe Rousset

COMPOSITEUR

Jean-Joseph Cassanéa de MONDONVILLE
LIBRETTISTE

 
ORCHESTRE
Les Talens Lyriques
CHOEUR
Choeur de Chambre Accentus
DIRECTION
Christophe Rousset

Adonis, Mercure
Jean-Paul Fouchécourt
ténor
Vénus
Véronique Gens
soprano
Aglaé, Erigone, L'Amour
Sandrine Piau
soprano
Psyché
Agnès Mellon
soprano
Une voix
James Oxley
ténor
Mars, Bacchus
Olivier Lallouette
baryton
Comus, Tisiphone
Peter Harvey
baryton

DATE D'ENREGISTREMENT
1997
LIEU D'ENREGISTREMENT

ENREGISTREMENT EN CONCERT

EDITEUR
Decca
COLLECTION
Oiseau Lyre
DATE DE PRODUCTION
juillet 1997
NOMBRE DE DISQUES
3
CATEGORIE
DDD

Critique de cet enregistrement dans :

"Les Talens Lyriques s'adaptent avec la plus grande distinction à l'arc-en-ciel musical de la partition. Le choix des solistes est particulièrement bien adapté."

"C'est incontestablement le troisième acte qui domine cette hasardeuse trilogie, tant par la qualité de sa musique que par la tenue du livret, comme le prouvent une haletante ritournelle introductive, des mélismes très imagés (sur "vole", scène 3, par exemple), des contrastes tonaux saisissants (le si mineur prémonitoire de " Crains sans cesse "), une tempête animée de houleuses gammes de violons, une écriture chorale imaginative (les démons, scène 6), un gambillant "Air pour les démons", la délicieuse cruauté de Tisiphone ("Pleure, gémis"), suivie de la douloureuse plainte de Psyché ou le sensuel duo de l'Amour et Psyché. On en vient à se demander si l'enregistrement intégral de ce troisième acte agrémenté de quelques extraits des deux précédents n'aurait pus suffi à notre félicité, quitte à froisser quelques musicologues.

Si l'on peut imaginer direction moins fleurie (ce qui s'accorde pourtant très bien avec cette musique), il faut bien reconnaître que Christophe Rousset conduit ses troupes avec brio. L'équipe de chanteurs, rompue à ce répertoire, mérite d'être saluée (remarquable diction), même si Jean-PauI Fouchécourt semble un peu moins vaillant qu'à l'accoutumée et si Peter Harvey rend Tisiphone plus élégant qu'inquiétant. Si le Choeur Accentus est parfois mis à mal par les chausse-trappes de Mondonville (acte III, scène 2), l'orchestre des Talens lyriques triomphe de celles-ci avec superbe."

"Enregistré après avoir été joué, en version de concert, à l'Opéra Royal, lors des "Journées Mondonville" organisées, en juin 1996, par le Centre de Musique Baroque de Versailles...Dans des ouvrages lyriques purement décoratifs - donc quasi exempts de dramatisme -,le travail des chanteurs n'est pas aisé : ils doivent, à la fois, parfaitement déclamer le babil mythologique qui tient lieu de livret, et le recouvrir d'un élégant travail technique, stylistique et poétique. Mais l'équilibre entre le parfait artisanat vocal et l'ironie fructueuse, est délicat à tenir: le chanteur a tôt fait de surjouer et, dès lors, de ruiner l'ouvrage ténu qu'il interprète. Ici, rien de tout cela. Le résultat est impeccable, sans défaut. La double équipe de sopranos et de barytons, constituée par Christophe Rousset, rassemble le "gratin" du chant baroque francophone. Véronique Gens (d'une majestueuse élégance), Agnès MelIon (la chanteuse la plus touchante de sa génération) et Sandrine Piau (son timbre charnu n'exclut aucunement la brillance et la virtuosité), sont inégalables dans un tel ouvrage. Quant à Olivier Lallouette (Sa - fort élogieuse - similitude à l'art vocal de José Van Dam est frappante) et Peter Harvey (son naturel vocal stupéfie), ils allient précision et ironie. Ajoutons que le Choeur de Chambre Accentus et Les Talens Lyriques ne sont pas en reste, et que Christophe Rousset réalise là, peut-être, son meilleur disque lyrique."

 

retour page d'accueil