L'opéra baroque


Les compositeurs


Bernardo PASQUINI

1637 (Massa di Valdinievole - Pistoia) - 1710 (Rome)

Bernardo Pasquini

L'ACCADEMIA PER MUSICA

1687

L'AMOR PER VENDETTA

ou L'Alcasta - livret de Giovanni Filippo Apolloni - représenté au teatro Tordinona de Rome, le 27 janvier 1673

L'ARIANNA

représenté au palazzo Colonna, de Rome, durant le carnaval de 1685

AVISI DI ROMA

livret du cardinal Benedetto Pamphili - représenté au palazzo Doria Pamphili de Rome, en 1684

LA CADUTA DEL REGNO DELL'AMAZONI

livret de Domenico De Totis - représenté au palazzo Colonna de Rome, en 1678 - repris à Rome le 15 janvier 1690, dans des décors de Girolamo Fontana, pour célébrer les noces de la duchesse Maria Anna de Pfalz-Neuburg avec le roi Charles II d'Espagne

LA DONNA ANCORA E FEDELE

livret de D.F. Contini - représenté au palazzo Colonna de Rome, durant le carnaval de 1676

DOV'E AMOR E PIETA

livret de Giovanna Andrea Moniglia, revu par Cristoforo Ivanovich - représenté au teatro Capranica de Rome, pour son inauguration, durant le carnaval de 1679 - avec Arcangelo Corelli au violon

EUDOSSIA

livret de A. Pollioni - représenté au teatro del Seminario Romano de Rome, le 6 février 1692

LA FORZA D'AMOR

-

IDALMA

ou Chi la dura la vince - livret de G.D. de Totis - représenté au teatro Capranica de Rome, durant le carnaval de 1680

LISIMACO

livret de G. Sinibaldi - représenté au palazzo Riaro de Rome, durant le carnaval de 1681

SANTA DINNA

livret du cardinal Benedetto Pamphili - représenté au palazzo Doria Pamphili de Rome, durant le carnaval de 1687

LA SINCERITA CON LA SINCERITA

ou Il Tirinto - représenté en 1672 au palazzo Chigi, à Ariccia

TESSALONICA

livret de Niccolo Minato - représenté au palazzo Colonna de Rome, le 31 janvier 1683

TRESPOLO TUTORE

livret de G.B. Ricciardi - représenté à Rome en 1675

Bernardo Pasquini - peinture d'Andrea Pozzo (1642-1709)

  Virtuose du clavier toscan, pédagogue important et compositeur qui contribua beaucoup au développement de l'opéra et de l'oratorio romains. Pasquini mena à Rome une carrière très variée et couronnée de succès. A partir de 1664, il fut organiste à Santa Maria in Aracoeli et participa aux productions d'oratorios de l'Arciconfraternità del Santo Crocifisso. Parmi ses mécènes, la reine en exil Christine de Suède, les princes Colonna et Giainbattista Borghese (qu'il servit à partir de 1690 environ) et les cardinaux Ottoboni et Pamphili. Il composa pour eux de la musique de chambre (dont des cantates), des oratorios et des opéras. Corelli, son fréquent partenaire en musique de chambre, dirigea l'orchestre pour les opéras de Pasquini Dov 'è amor è pietà au Teatro Capranica (1679) et L'accademia per musica au palais de la reine Christine (1687). Pasquini et Corelli furent guardiani de leurs instrumentistes respectifs à la Congregazione di Santa Cecilia et entrèrent à l'Accademia dell'Arcadia en 1706. Pasquini visita les cours de Leopold Ier et de Louis XIV. On peignit son portrait, et à sa mort une médaille fut frappée en son honneur.

Ses oratorios et opéras s'inscrivent dans la tradition de l'époque. Il les composa pour la plupart au même moment (années 1670 et 1680), mais alors que les opéras furent destinés à Rome. certains oratorios (on en connaît environ 17) furent commandés par Modène (trois en 1687), Palerme (1688) et Florence (1693-1694). Parmi ses opéras qui nous restent, un fut destiné au palazzo Chigi (La sincerita con la sincerita, 1672), un au Teatro Tordinona (L 'amor per vendetta, 1673) et deux au moins au palazzo Colonna (La donna ancora è fedele, 1676 ; L'Arianna, 1685 ; et peut-être La caduta del regno dell'Amazoni, 1678). Le cardinal Pamphili fournit le texte de son oratorio Sant 'Agnese (1677). Pasquini prépara Saggi di contrappunto (1695) et Regole per ben suonare il cermbalo o organo (perdu) pour ses élèves, parmi lesquels Francesco Gasparini, Zipoli, J. P. Krieger et Georg Muffat. (Guide de la Musique Baroque - Fayard)

 

 

 

 

Retour à la page d'accueil