ACANTE (*) ET CÉPHISE

ou La Sympathie
(*) on trouve aussi Achante ou Acanthe

COMPOSITEUR

Jean-Philippe RAMEAU
LIBRETTISTE

Jean-François Marmontel

 Pastorale héroïque en trois actes, composée à l'occasion de la naissance du duc de Bourgogne, fils aîné du Dauphin et frère de Louis XVI. Représentée à l'Académie royale de musique, le 19 novembre 1751, et exécutée trois fois à nouveau.

Le livret fut écrit par Jean-François Marmontel (*).

(*) Jean-François Marmontel (Bort-les-Orgues, 1723 - Abloville, 1799), académicien, historiographe, secrétaire perpétuel de l'Académie française en 1783, auteur de Contes moraux (1761) et de romans philosophiques, Bélisaire (1766) et les Incas (1777), de livrets d'opéras (notamment pour Rameau et Piccinni), et opéra-comiques (notamment pour Grétry)

Jean-François Marmontel

La distribution (sept dessus, un mezzo-soprano, trois hautes-contre, deux barytons, une basse) était la suivante : Pierre Jélyotte, ténor (Acanthe, amant de Céphise), Marie Fel, soprano (Céphise, amante d'Acanthe), Chassé, basse (Oroès, souverain Génie des airs, amoureux de Céphise), Mlle Chevalier (Zirphile, principale Fée, protectrice d'Acanthe et Céphise), Mlle Coupée (Une Fée), François Le Page, ténor, et Poirier (Coriphées, suivants d'Oroès), Mlle Romainville (La Grande prêtresse), Mlles Coupée et Gondrée (deux Prêtresses), Mlle Puvignée (Délie, jeune Bergère chantante et dansante), Marie-Jeanne Le Mière (Une Bergère), M. Cuvillier (un Suivant d'Oroès), Mlle Coupée et M. La Tour (Une Bergère et un Berger)

L'ouverture compte trois parties : Voeux de la nation, Feux d'artifice, Fanfares.

La copie du fonds Decroix comporte en tête de l'ouverture : La première partie peint les voeux de la nation, la deuxième un feu d'artifice. Les coups de canon doivent partir exactement sur les notes de basse marquées d'un C, toujours sur le 1er et le 2e temps de la mesure.

Pour tenir lieu de Prologue, le Musicien a essayé de peindre dans l'Ouverture, autant qu'il est possible à la musique, les voeux de la Nation, et les réjouissances publiques à la nouvelle de la naissance duPrince. (Dictionnaire des théâtres de Claude Parfaict)

 

Ballets : Fées suivantes de Zirphile, Génies et Fées suivants d'Oroès ; Bergerset Bergères ; Suivants d'Oroès sous la forme de Chasseurs et de Pâtres ; Esprits cruels, Génies et Fées, Sylphes et Sylphides, Bergers et Bergères, Peuples de différents caractères

 D'après les Mémoires de Marmontel, il y eut quatorze représentations. Il précise : Comme Acante et Céphise était un spectacle à grande machine, le mouvement du théâtre, la beauté des décorations, quelques grands effets d'harmonie, et peut-être aussi l'intérêt des situations le soutinrent.

Rameau fit graver une partition réduite la même année.

 

Acante et Céphise, ou la Sympathie, Pasto. héroïque en trois Ac. dont les paroles sont de M. Marmontel, & la musique de M. Rameau ; elle fut donnée par l'Acad. R. de Musique le 19 Novem. 1751, au sujet de la naissance du Duc de Bourgogne, & se trouve gravée partition in-4°. C'est le 164e de nos Opé. & il n'y a pas de Prol. l'ouverture en tient presque lieu, en peignant les clameurs & les réjouissances publiques. (de Léris - Dictionnaire des Théâtres)

 

 

 

 

Opera Omnia Rameau - IV . 21 - Acante et Céphise - Robert Fajon, avec la collaboration de Sylvie Bouissou - 1998

 

Argument

Le berger Acanthe et la bergère Céphise voient leur amour troublé par le mauvais génie Oroès, mais retrouvent la paix grâce à l\92intervention de la bonne fée Zirphile.

 

Représentations :

 

 

  Retour à la page d'accueil