IL TIGRANE

ovvero L’Egual Impegno d’Amore e di Fede

Tigrane

COMPOSITEUR

Alessandro SCARLATTI
LIBRETTISTE

Domenico Lalli

DATE
DIRECTION
EDITEUR
NOMBRE
FICHE DETAILLEE
1970
Franco Caracciolo
Voce
2 (LP)

  Dramma per musica en trois actes sur un livret de Domenico Lalli (*). Première représentation à Naples, au théâtre San Bartolomeo, le 16 février 1715.

(*) Niccolò Bastiano Biancardi alias Benedetto Domenico Lalli, né à Naples le 27 mars 1679, mort à Venise le 9 octobre 1741. Accusé d'avoir volé la Confraternità dell'Annunziata, il dut fuir Naples en 1706, et se fixa à Venise en 1709. Il écrivit des livrets pour le San Cassiano de 1710 à 1718. En 1719, il devint impresario des théâtres des Grimani, le San Samuele et la San Giovanni Grisostomo. Dans les années 1720, il fut attaché au comte Franz Anton von Harrach, archevêque de Salzbourg, puis à partir de 1727 à l'empereur Charles VII à Vienne.

La distribution réunissait : la soprano Margherita Zani, dite Marucina (Tomiri), la soprano Anna d'Ambreville (Meroe, Eco), le sopraniste Francesco De Grandis (*) (Tigrane), Giovanni Carlo Bernardi (Policare), le ténor Gaetano Mossi (Doraspe), la basse Giovanni Maria Morosi (Orcone).

 

(*) Francesco De Grandis, dit Checchino, né vers 1670 à Vérone, mort en 1738

 

Personnages : Tomiri, reine des Messagètes, amante en secret de Tigrane, qu'ell découvrira être son fils (soprano) ; Tigrane, prince d'Arménie, général de l'armée de Tomiri (soprano) ; Meroe, fille de Ciro, roi de Perse, décédé, sous les habits d'une devineresse égyptienne, amante de Tigrane, ennemie de Tomiri (soprano) ; Policare, roi de Lydie, allié de Tomiri (contralto) ; Doraspe, roi de Damas, allié de Tomiri (ténor) ; Oronte, capitaine des gardes de Tomiri, ami de Tigrane (soprano) ; Dorilla, demoiselle de Tomiri (contralto) ; Orcone, esclave, confident de Meroe (basse)

 

Argument

Tigrane, roi d'Arménie, et Mithridate, roi du Pont, sont depuis longtemps des ennemis jurés. Mais le souverain arménien tombe éperdument amoureux de la belle Cléopâtre, fille de Mithridate. Il se rend donc, sous un déguisement, à la cour de son adversaire à qui il propose ses services. Grâce à sa valeur guerrière, il devient commandant suprême de l'armée et ne tarde pas à conquérir de vastes territoires, dont la Bithynie et la Cappadoce. Pour compliquer un peu l'intrigue, intervient le personnage d'Oronte, également amoureux de Cléopâtre. Sa soeur Apamie, quant à elle, aime Tigrane, mais est aimée de Mithridate, qui est resté veuf. Toutefois, la fille du roi du Pont et le valeureux souverain arménien se sont juré mutuellement leur amour, qui finira par triompher en dépit des intrigues et des inimitiés.

 

L'argument de l'opéra est tiré d'un fait véridique, rapporté dans le livre XXXVIII des Histoires philippiques de Justin (IIe siècle après J.-C.). En réalité, Mithridate fut un ennemi implacable de Rome, qu'il combattit pendant près de quarante ans, avec des fortunes diverses. Il s'allia àTigrane et lui donna pour épouse sa fille Cléopâtre. L'oeuvre est l'une des plus réussies d'Alessandro Scarlatti. La rythmique est originale et souligne bien les moments dramatiques. Les mélodies, assez développées, sont d'une conception hardie en comparaison des oeuvres anté-rieures du compositeur. (Dictionnaire chronologique de l'Opéra - Le Livre de Poche)

 

 

 Représentations :

 

 

 

 

 

  Retour à la page d'accueil