TAMERLANO

Tamerlano

COMPOSITEUR

Georg Friedrich HAENDEL
LIBRETTISTE

Nicola Haym
 
ORCHESTRE
The English Concert
CHOEUR

DIRECTION
Trevor Pinnock

Tamerlano
Monica Bacelli

Bajazet
Thomas Randle

Andronico
Graham Pushee

Irene
Anna Bonitatibus

Asteria
Elisabeth Norberg-Schulz

Leone
Antonio Abete

DATE D'ENREGISTREMENT
juin 2001
LIEU D'ENREGISTREMENT
Sadler's Wells - Londres
ENREGISTREMENT EN CONCERT
oui

EDITEUR
Avie
DISTRIBUTION
Abeille
DATE DE PRODUCTION
3 juin 2002
NOMBRE DE DISQUES
3
CATEGORIE
DDD

Critique de cet enregistrement dans :

"Cet enregistrement est le reflet de représentations parisiennes et londoniennes, dans un spectacle de Jonathan Miller. Malgré la scène et l'urgence qu'imposerait le théâtre, l'oeuvre n'avance guère. Trevor Pinnock ne trouve pas la pulsation et le cheminement menant à la vérité dramatique du chef-d'oeuvre haendélien. Les chanteurs, il faut le dire, ne l'aident pas beaucoup. Elizabeth Norberg-Schulz a une voix trop lourde, qui étouffe le rôle si émouvant d'Asteria. Monica Bacelli peine sous les habits extravertis de Tamerlano (son grand moment virtuose, "A dispetto", tombe à plat). Quant à l'Andronico de Graham Pushee, mieux vaut l'oublier. Au rayon des satisfactions, on rangera Tom Randle, qui a l'ampleur vocale et le ténor barytonant qui siéent à Bajazet nous lui devons les meilleurs moments de la soi-tee. Il faut également complimenter la jolie Irene d'Anna Bonitatibus et le vaillant Leone d'Antonio Abete. Sur l'ensemble néanmoins, un assez moyen Tamerlano."

"Le présent enregistrement est décevant...il y a un évident manque de dramatisme authentique dans l'approche de Trevor Pinnock. Ceci est en paartie compensé par les interprètes, en particuliert Tom Randle, dont la sonore voix de ténor capte le rôle de Bajazet avec une spectaculaire perfection. Malheureusement, ni Randle ni la plupart des autres membres de la distribution ne donnent une sensation de style d'époque à l'inteprétation..."

"L'interprétation est une tragédie à elle seule. La battue de Trevor Pinnock, que l'acoustique du Sadlers'Wells est loin de dynamiser, est sèche, et l'on comprend mal le choix de Monica Bacelli pour Tamerlano. Le reste de la distribution comporte de très belles voix (Graham Pushee, qui donne le meilleur de lui-même, la mezzo Anne Bonitatibus), mais tous sont dévalorisés par la mauvaise acoustique de la salle."

"L'enregistrement public de Pinnock, globalement bien mené, souffre d'une distribution des plus inégales. Le ténor Tom Randle, en Bajazet estime nécessaire de tout hurler...Pour Tamerlano... on ne peut pas dire que Monica Bacelli déborde d'expressivité. Graham Pushee, en Andronico, même s'il s'améliore au fil de la représentation, n'est que rarement à même de transmettre son émotion tant sa voix est instable et laide...Enfin l'articulation d'Elizabeth Norberg-Schulz constitue un regrettable handicap...Reste...la miraculeuse Irene d'Anna Bonitatibus : un timbre de mezzo velouté, juste acidulé d'un vibrato frémissant, une palette expressive et colorée. Avec l'English Concert et Pinnock, la surprise est plutôt bonne...Les intonations sont variées, et Pinnock possède un art du suivi et de l'encadrement des solistes. La sonorité de l'ensemble est toujours d'une grande homogénéité."

"L'English Concert accompagne les chanteurs avec autant de souplesse que de fermeté, couleurs au clair...Doté d'un amusant trémolo, Anne Bonitatibus campe la plus virtuose et la plus engagée des Irene. Thomas Randle, en dépit d'un piètre legato et d'une fâcheuse tendance à aboyer, trouve sans peine en Bajazet le père inquiet et jaloux, le sultan fier et vulnérable qui nous brise le coeur dans la derière scène...Pourtant nous sommes loin d'exulter. Monica Bacelli n'a rien du contralto colorature qu'exige l'empereur tartare...Au surplus, le chef judicieux dans ses choix et ses actes, ne parvient pas à tendre le drame."

 

retour page d'accueil