L'opéra baroque


Les compositeurs


Domenico ZIPOLI

1688-1726

 

 

SAN IGNACIO DE LOYOLA

 

Domenico Zipoli naît à Prato le 17 octobre 1688, fils de Sabatino Zipoli et Eugenia Varocchi. Il voit le jour dans une maison du domaine de S. Martino, appartenant à la famille Naldini pour laquelle Sabatino travaillait en tant que paysan. La maison se trouvait hors des murs, au-delà de la porte de Serraglio, dans la paroisse de la cathédrale (aujourd'hui via Bologna, n°79). Il y reste jusqu'à ses 14 ans (1702), âge auquel il déménage dans les environs de la cathédrale. Il entreprend ses premiers cours de musique avec les maîtres de chapelle de la cathédrale, Ottavio Termini, Sebastiano Falagiani et Giovanni Battista Becattelli, son premier vrai maître.

En 1707, grâce au soutien financier du Grand-Duc Cosimo III, il poursuit ses études à Florence notamment avec Giuseppe Maria Orlando, qui a le même âge que lui. Pendant les premiers mois de l'année 1708, l'on joue à Florence un oratorio : " Sara in Egitto " (Sara en Égypte), réalisé par plusieurs auteurs, dont certains sont très importants comme A. Caldara, A. Scarlatti, G. M. Casini ; parmi eux se trouve le jeune Zipoli. En juin 1708, il part à Rome rejoindre son frère Giuseppe qui servait dans la maison de l'abbé Filippo Baldocci. En novembre, nous le retrouvons à Naples où il s'était rendu ­ toujours soutenu financièrement par le Grand-Duc de Toscane ­ pour étudier avec Alessandro Scarlatti. Il n'y reste que quelques mois, suite à des rapports personnels assez difficiles avec le maître ou parce Scarlatti, après avoir tenté en vain d'obtenir une place prestigieuse à Florence, se trouvait désormais en mauvais termes avec le Grand-Duc. En 1709, il est à Bologne comme élève du moine Felice Lavinio Vannucci, auteur des " Regole per suonare, cantare et comporre per principianti " (Règles pour jouer, chanter et composer pour les débutants).

Les premiers mois de l'année 1710, l'on retrouve sa trace à Rome, où il réside chez l'abbé Baldocci jusqu'à son départ pour l'Espagne en 1716. Durant ce temps, il rentre en contact avec le vieux Bernardo Pasquini, qui mourra peu de temps après, en novembre 1710. Il devient membre de la Congrégation de Sainte-Cécile qui lui commande les Vêpres et la Messe pour la fête de S. Carlo. Le 30 novembre, il obtient le poste d'organiste à S. Maria in Trastevere. En 1712 également, la Congrégation de Sainte-Cécile lui confie la composition (ou peut-être seulement la direction) des Vêpres et de la Messe pour la fête de San Carlo dans l'église San Carlo ai Catinari où se trouvait le siège de l'association. La même chose se reproduit en 1713. Pendant le Carême de 1712, il présente son oratorio " Sant'Antonio di Padova " dans l'église Santa Maria in Vallicella et, la même année, l'oratorio " Santa Caterina Vergine e Martire " en l'église San Girolamo della Carità. Pendant toutes ces années, il se trouve en contact étroit avec l'Académie de l'Arcadia, contact qui se reflète entre autre dans ses cantates pour soliste et basse continue.

En janvier 1716 il publie à Rome ses " Sonate d'Intavolatura per Organo e Cimbalo ". Le fait qu'elles soient dédiées à la princesse Strozzi (qui constitue par ailleurs le sujet de la cantate " Delle offese a vendicarmi ") ont fait fantasmer sur ce rapport duquel nous ne savons, en réalité, pas grand-chose à part la dédicace écrite par Zipoli. A cette époque, il est organiste à l'église du Gesù à Rome mais nous ne disposons d'aucune attestation en dehors de la couverture des Sonates et nous ne savons pas pendant combien de temps il remplit cette charge. En avril 1716 il quitte Rome pour Gênes puis Séville où il demeure presque un an, étant entré dans la Compagnie de Jésus. En avril 1717, en compagnie de Pedro Lozano (qui deviendra l'un des supérieurs de la Compagnie) et de Giovanni Battista Primoli (architecte qui construisit de nombreux bâtiments dans les missions jésuites d'Amérique du Sud), il entame une traversée de trois mois à destination de Rio de la Plata (en Argentine). Le document d'embarquement constitue l'unique description physique de Zipoli dont nous disposions : " Domenico Zipoli, de taille moyenne, deux grains de beauté sur la joue gauche ".

Il arrive à Buenos Aires en juillet et il s'établit en août à Córdoba, où se trouvait le noviciat et l'université, pour continuer ses études de théologie (il était encore étudiant). Il exerce également une activité musicale ­ ce qui contribue vraisemblablement à retarder l'achèvement de ses études théologiques ­ probablement comme organiste, maître de chapelle et compositeur. Ses compositions acquerront une grande célébrité dans le monde des missions jésuites. En 1725, Zipoli tombe malade, probablement de tuberculose. Il meurt le 2 janvier 1726 à l'âge de 37 ans. Le lieu de sa mort n'est pas connu avec exactitude : il pourrait s'agit aussi bien de Córdoba que de l'Estancia Santa Catalina, lieu de repos des jésuites situé à 50 km de Córdoba, où il serait allé pour se soigner. Dans ce cas, il aurait été enterré dans le cimetière de Santa Catalina mais, à l'heure actuelle, sa tombe n'a toujours pas été retrouvée. (www.zipoli.net)

 

Pour en savoir plus :

http://www.zipoli.net/indexfra.html

 

 

 

 

Retour à la page d'accueil